Pénurie en France : huile, farine…combien de temps durera-t-elle ?

Pénurie

Pénurie… ce mot fait peur. Et pourtant, dans les supermarchés, certains rayons semblent plus vides que d’autres.

Pénurie

Generationdeux vous explique les raisons d’un tel naufrage économique. C’est parti, suivez le guide !
Du côté des clients comme du côté des industriels, la pénurie fait grincer des dents. Les prévisions des experts ne devraient pas vous laisser indifférents.

Quand la pénurie coule la France

Depuis la fin du mois de février, le conflit initié par Vladimir Poutine à son voisin ukrainien occupe tous les esprits. Désemparés par la souffrance des habitants, les dirigeants du monde entier mettent en place des sanctions contre les oligarques russes. Mais après deux ans de pandémie, faire face à une pénurie de denrées essentielles comme l’huile d’olive commence à affoler la population. Et si le phénomène s’étendait à d’autres ingrédients ? À l’approche de la récolte, certains experts craignent même que ce ne soit que la partie émergée de l’iceberg. Reportage de generationdeux. Accrochez-vous, nous entrons dans une zone de turbulences !

Combien de temps la pénurie va-t-elle durer ?

Chez NielsenIQ, nous avons l’habitude d’analyser les différences de prix ainsi que les niveaux de stocks. Lorsque nous interrogeons ces professionnels de la statistique, ils nous disent que la pénurie aurait commencé dès les premiers jours de mars. Étrange puisque le président russe a lancé les hostilités à la fin du mois de février. L’institut de sondage demande cependant un délai supplémentaire pour comparer certaines données. Pour l’instant, ils continuent à faire un relevé des produits qui manquent. Les trois premiers sont l’huile (-21,2%), la farine (12,3%) et les œufs (-7,7%).

Dans quelques jours, les Ukrainiens devraient avoir commencé à récolter les ingrédients nécessaires à la fabrication de l’huile d’olive. Hélas, comme la plupart des champs ont été démolis par l’envahisseur russe, ce n’est pas dans les cartes. Ah, s’il était là, Patrick Bruel pourrait nous donner des explications intéressantes. Reconverti en producteur malgré lui, le chanteur mythique des années 90 semble si fier de présenter Léos. Aussi, à cause de la pénurie, on peut craindre de devoir se passer de vinaigrette dans nos jolies assiettes d’été ! Afin de se faire une opinion, nos confrères ont la chance d’interviewer un employé de NielsenIQ France. Comme ses collègues, même s’il constate une légère augmentation du nombre de personnes, il craint que ce manque de temps libre fasse encore plus pencher la balance.

Le transport entre dans le débat

Comme le soulignait generationdeux dans son introduction, on aurait tort de se fier à ce seul argument. Un cadre de la Chambre de commerce et d’industrie rappelle que les coûts énormes des transports ajoutent de l’huile sur le feu. Il est vrai que personne ne peut nier que les prix des carburants s’envolent. En fin d’année, juste avant le début de la campagne pour l’élection présidentielle, Jean Castex avait fabriqué une prime à l’inflation pour les ménages les plus modestes. De leur côté, les grands groupes comme Leclerc s’étaient organisés pour rassurer les clients. Les opérations de carburant à prix coûtant ont fleuri dans toute la France.

penurie essence paris

Malheureusement, cela ne suffisait pas à atténuer les effets de la pénurie.
Dans le cercle très fermé des chauffeurs routiers, on constate qu’il manque une grande partie. Il est clair que les chauffeurs manquants sont tous originaires d’Ukraine ou de ses environs. On comprend mieux pourquoi cette fameuse pénurie paralyse le pays, mais aussi plus largement l’Europe. Pour couronner le tout, la pression venant de la direction sur les employés devient un enfer à gérer. De plus, ces derniers commencent à en avoir assez de ne pas pouvoir faire leur travail dans des conditions normales. Avouons-le, depuis la pandémie, c’est la catastrophe !

Et dans les autres secteurs

En Asie, le Covid-19 continue de faire parler de lui. Beaucoup plus drastique avec la population, le mot confinement recommence à être utilisé. Ainsi, les usines chargées de la fabrication des microprocesseurs pour les avions sont à l’arrêt. Comme vous pouvez le constater, sans que generationdeux vous fasse un dessin, cette pénurie touche presque toutes les industries. Le carbone est un exemple plus concret.

Nécessaire à la fabrication des pneus, il est facile de comprendre le blocage.
Enfin, alors que les entreprises avaient déjà du mal à se remettre des effets dévastateurs de la crise sanitaire, elles ont l’impression que leur trésorerie fond comme neige au soleil. Cette fois, c’est l’inflation qui est en jeu. Le consommateur hésite à acheter sans se sentir coupable. Par conséquent, il choisit de stocker des produits de première nécessité comme l’huile, les œufs ou la farine. Ce retour au point de départ ne fait pas que des heureux, tant pour le propriétaire que pour son employé ou son client.