19 mai 2022

Valérie Pécresse outrée, elle révèle les détails choquants de son bizutage à l’école.


Auprès de Karine le Marchand, sur M6, Valérie Pécresse est revenue sur un souvenir humiliant. La candidate à la présidentielle de 2022 a révélé les dessous de son bizutage à HEC.

valerie pecresse confinement


Valérie Pécresse et quatre autres femmes politiques se sont confiées à Karine Le marchand dans Une Ambition Intime sur M6. Le principe de cette émission n’est pas nouveau. C’est même un retour attendu à la télévision pour les fans de l’animatrice vedette. Car les audiences de cette émission ont été à la hauteur des attentes de Karine Le Marchand.
Mais c’était surtout l’occasion de découvrir des visages plus personnellement connus de la sphère politique. Valérie Pécresse, Marine Le Pen, Marlène Schiappa, Rachida Dati ou Anne Hidalgo ont toutes joué le jeu. Et c’est sur l’interview de Valérie Pécresse que votre magazine Génération 2 reviendra aujourd’hui plus en détail. En effet, la candidate à l’élection présidentielle de 2022 a partagé des éléments de sa vie privée parfois émouvants, parfois douloureux. Revenons sur ce souvenir humiliant de son entrée en école de commerce.


Valérie Pécresse brise sa carapace devant Karine Le Marchand, sur M6.

valerie pecresse hot


Cette grande soirée du 7 novembre était attendue par l’animatrice. Elle n’a pas caché son enthousiasme de partager son travail d’interview avec le public.  » Je suis tellement excitée de vous présenter cette émission ! 6 mois de travail avec ces 5 femmes politiques au pouvoir. Quelle que soit notre opinion politique, ces femmes ont des choses à nous dire, sur leur histoire de femme, de mère, de fille, de compagne, d’élue….. On ne devient pas ministre, maire, chef de parti, président de région sans prendre des coups, et parfois sans en donner aussi… Vous les découvrirez bientôt tels qu’ils sont vraiment, et je suis très fière de vous les montrer comme vous ne les avez jamais vus », écrit Karine Le Marchand pour mettre ses abonnés en haleine.


Tour à tour, comme vous le disait Génération 2, Valérie Pécresse, Marine Le Pen, Marlène Schiappa, Rachida Dati et Anne Hidalgo se sont confiées. Des déclarations inédites ont été faites et cela n’a pas toujours été facile. Certains pourraient reprocher à l’animatrice de M6 de promouvoir ces femmes politiques. Mais comme elle le dit si bien, elles sont de tous bords. Et surtout, ce sont avant tout des femmes qui ont des choses à raconter sur leur vie. En effet, faire partie du paysage politique tout en étant une femme n’est pas toujours facile. Valérie Pécresse en particulier est à la fois une épouse, une mère et une femme de pouvoir. Réussir à combiner tous ces rôles tout en restant au sommet de tous ces domaines est parfois impossible.

Des confidences inédites et très personnelles

valerie pecresse jeune


Lors de son entretien avec Karine Le Marchand, Valérie Pécresse a évoqué ses enfants et sa vie de famille. Heureuse et émue de voir sa fille témoigner. En effet, cette dernière remercie sa mère pour ses sacrifices. Elle reconnaît qu’elle n’était pas toujours à la maison mais elle sait aussi la féliciter pour avoir fait de son mieux à chaque fois.


Ensuite, Valérie Pécresse revient plus en détail sur le bizutage dont elle a été victime à son entrée à HEC. Aujourd’hui, elle sait qu’il serait impossible de soumettre des étudiants à une telle ignominie. Mais à son époque, il était « naturel » que les femmes n’aient pas leur mot à dire. Valérie Pécresse était notamment obligée de « faire des pompes sur un homme allongé » ou de se lever au petit matin pour « ramper dans la boue ». Elle a également avoué à Karine Le Marchant qu’elle était obligée de « mimer » les choses de l’amour. Les plus âgés bizutaient les plus jeunes. Et ils « nous faisaient sucer des saucisses avec des masques, sans savoir ce qu’on avait dans la bouche », a détaillé Valérie Pecresse.

« A l’époque, ils nous expliquaient que plus on souffrait, plus ça voulait dire qu’on était forts ! » a-t-elle expliqué. Ajoutant qu’elle a « accepté » de réaliser ces faits « humiliants avec un syndrome de Stockholm total. » Valérie Pécresse sait aussi que de tels actes de bizutage ne seraient pas tolérables aujourd’hui, vous accorde Génération 2. Que certains élèves peuvent avoir des séquelles très graves. Et que des femmes ont enfin pris la parole sur ces questions pour y mettre un terme. Ainsi, en revenant sur cette humiliation, Valérie Pécresse apporte également sa pierre à cet édifice. Malgré l’humiliation de ce souvenir d’étudiante, elle est consciente que de telles confidences peuvent aussi permettre de faire changer les choses. Et surtout de souligner son engagement contre toute forme de bizutage et de violence scolaire.