28 novembre 2021

Delphine Jubillar : Un homme avoue dans des SMS avoir tué puis enterré la jeune femme

Un homme a-t-il réellement avoué le meurtre de Delphine Jubillar ou s’agit-il d’un canular de mauvais goût ? Lors d’une audience pour la libération de leur client Cédric Jubillar, ses avocats ont cité d’étranges SMS…

C’est la grande révélation des avocats de Cédric Jubillar. Lors de leur demande de remise en liberté du plâtrier – actuellement incarcéré provisoirement et mis en examen pour « meurtre sur conjoint » dans l’affaire de la disparition de sa femme Delphine Jubillar -, ils ont avancé des éléments jamais révélés au public auparavant.

Ils ont expliqué qu’un homme originaire d’Albi (Tarn) avait écrit deux fois à sa compagne le 25 décembre 2020 pour avouer le meurtre de l’infirmière de 33 ans. Les trois avocats pénalistes de Cédric Jubillar avaient alors lu la lettre le jour de l’audience : « J’ai tué Delphine. Elle ne voulait pas quitter son mari et ses enfants. Je l’ai frappée et enterrée dans l’escarcelle » et une seconde, « J’ai tué une femme, elle travaillait la nuit. Elle ne voulait pas quitter son mari pour moi. Je ne suis pas fier, je vais mettre des fleurs sur son corps et basta ».

Des messages énigmatiques qui ont été immédiatement déterrés par les gendarmes en charge de l’enquête. Cet homme a été auditionné à deux reprises, sans résultats probants. D’après ses déclarations, il aurait simplement voulu faire peur à sa compagne.

delphine jubillar

Si cela semble être une mauvaise blague – compte tenu de la médiatisation de l’affaire -, Me Alary est persuadé qu’il aurait fallu approfondir cette piste. « On a encore un homme qui a écrit à sa femme en s’accusant du meurtre de Delphine Jubillar. On l’a interrogé, et il a dit qu’il avait fait ça simplement pour faire peur à sa femme. (…) Ce dernier n’a même pas été auditionné », a déploré le pénaliste dans les colonnes de Femme Actuelle.

Celui du rôdeur, celui de la voiture lancée à grande vitesse qui l’aurait fauché, celui de l’épouse vengeresse de l’amant…. La défense fait tout pour que d’autres pistes que la culpabilité de Cédric Jubillar soient prises en compte par la Justice. Pour l’heure, le plâtrier de 33 ans reste soupçonné d’avoir donné la mort à sa femme dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier puis d’avoir fait disparaître son corps. Jusqu’à présent, il a toujours contesté son implication dans la disparition de Delphine Jubillar.

disparition delphine jubillar tarn

Delphine Jubillar : Le mystère des clés et de sa voiture déplacée…

La disparition de Delphine Jubillar le 16 décembre dernier reste un mystère total. Quelques détails sur les derniers jours avant cette disparition soudaine intriguent, à commencer par sa voiture déplacée. C’est une affaire qui continue de livrer ses secrets au compte-gouttes. Depuis la disparition de Delphine Jubillar en décembre dernier, la jeune femme de 33 ans n’a toujours pas donné signe de vie. Le principal suspect dans cette affaire n’est autre que son mari, Cédric.

>

Ce dernier a été mis en examen pour meurtre et écroué le 18 juin 2021, mais pour l’heure, les enquêteurs piétinent toujours. Cependant, quelques détails sur les derniers jours de la jeune infirmière pourraient leur permettre d’avancer dans cette histoire.

Qui a déplacé sa voiture ?

Un élément est particulièrement intriguant : la voiture de Delphine Jubillar. En effet, lors de la disparition de celle qui était partie sortir ses deux chiens, il a été constaté que la voiture du couple a été déplacée. Problème, si Delphine avait disparu et n’a donc pas pu l’utiliser, son compagnon ne possède pas le permis de conduire. De plus, les clés de la voiture se trouvaient dans le sac de l’infirmière. Mais alors, qui était chargé de déplacer le véhicule ?

disparition tarn delphine jubillar

Pour l’instant, aucune réponse à cette question n’a été trouvée par les enquêteurs, mais Cédric Jubillar reste le suspect numéro 1 dans cette affaire. Ce peintre-plâtrier de 34 ans clame son innocence depuis le début de cette affaire. Ses avocats estiment qu’il n’y a dans ce dossier « aucune preuve » de la culpabilité de leur client. Si de nombreux éléments incriminent le père des deux enfants qu’il a eus avec Delphine, il reste pour l’instant au rang de suspect dans cette affaire.

Pour rappel, le corps de Delphine Jubillar n’a toujours pas été retrouvé, plus de 7 mois après la disparition de la jeune femme. Elle était en instance de divorce avec Cédric, qui, selon les déclarations de sa mère lors d’un interrogatoire, lui aurait confié en privé : « Je vais la tuer, je vais l’enterrer et personne ne la retrouvera », selon les informations du Parisien. Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *