27 septembre 2021

Eure : quatre jeunes tués dans un tragique accident de la route

Quatre amis âgés de 15 et 16 ans ont perdu la vie ce week-end dans des circonstances tragiques. Une tragédie qui hantera certainement pendant de longues années les quelques centaines d’habitants de trois villages normands.

Un terrible accident de la route s’est produit dans la nuit de vendredi à samedi à Amfreville-sous-les-Monts (Eure), faisant quatre victimes, toutes mineures.

Un choc d’une extrême violence sur une route limitée à 30 km/h.

Âgés de 15 et 16 ans, les victimes de cet accident de la route, sont quatre garçons habitant les villages voisins de Pîtres et du Manoir. Ils revenaient d’une soirée avec deux autres amis, âgés de 17 et 18 ans, qui se trouvaient à l’avant du véhicule et ont été sauvés. Le conducteur était le seul adulte et avait obtenu son permis de conduire il y a trois mois.

accident de la route

Selon Le Parisien, l’accident de la route , dont les circonstances restent pour l’instant relativement floues, s’est produit « à l’angle d’une impasse qui mène à la Seine », juste après un dos d’âne, dans une zone à 30 km/h. Le choc, extrêmement violent, a tué deux des quatre adolescents qui se trouvaient à l’arrière du véhicule sans ceinture de sécurité. Grièvement blessés, les deux autres ont été transportés en urgence au CHU de Rouen (Seine-Maritime), mais sont décédés dans la journée de samedi.

Le conducteur « psychologiquement détruit »

Également hospitalisés, le conducteur et le passager avant n’ont pour leur part reçu que des blessures légères. Mais ils sont visiblement traumatisés par le choc de cet accident de la route, comme tous les habitants des trois villages concernés. « Ce sont tous nos enfants, a déclaré une mère de famille, citée par Le Parisien. Ils ont grandi ensemble depuis qu’ils sont tout petits. » « C’était des copains, ces enfants, ajoute la maire de Pîtres, Florence Lambert. Ils jouaient au foot ensemble, ils sont allés au collège ensemble. »

Alors qu’une enquête pour homicide involontaire a été ouverte par le parquet d’Évreux, plusieurs habitants s’inquiètent des conséquences psychologiques de ce drame sur le conducteur du véhicule de cet accident de la route, qui venait de passer son bac. « Il est psychologiquement détruit, brisé, explique le maire d’Amfreville-sous-les-Monts François Vigor, toujours cité par Le Parisien. C’est un jeune pas violent, qui n’aimait pas la vitesse, il avait choisi un utilitaire pour aller à la pêche… »

accident route

Sécurité routière : baisse de la mortalité sur les routes de France en 2020

En 2020, 2 780 personnes sont décédées à la suite d’un accident de la route en France, contre 3 244 en 2019. Cette baisse est en grande partie due à la mise en place de mesures visant à limiter les déplacements dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

En 2020, la mortalité routière est en baisse de 21% par rapport à 2019.

Le nombre accidents de la route corporels est également en forte baisse, avec 45 121 accidents, soit -19% par rapport à 2019, selon les résultats définitifs de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), relayés par un communiqué du ministère de l’Intérieur sur les chiffres de la sécurité routière en 2020(nouvelle fenêtre). De même, le nombre de personnes blessées est en nette baisse (-21% par rapport à 2019).

>

Baisse du trafic routier

Depuis 1924, la mortalité routière n’a jamais été à un niveau aussi bas. La diminution du nombre de décès d’accident de la route sur les routes de France métropolitaine en 2020 par rapport à 2019 est d’environ 700. Sur la même période, le nombre de blessés est passé de 70 490 à 55 836. Selon le délégué interministériel à la sécurité routière :  » le caractère exceptionnel de cette baisse est à relativiser en raison de la crise sanitaire qui a entraîné des restrictions de déplacements ayant eu des effets massifs sur le trafic routier « . Ce constat met en évidence la corrélation entre la baisse du trafic routier et la mortalité routière.

Le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema)(nouvelle fenêtre) confirme cette analyse. Il estime que le trafic routier a ralenti de 75% en avril 2020, pendant la période de confinement, par rapport aux premiers mois de 2020, lorsque le confinement n’était pas en vigueur. En revanche, entre le 16 mars et la fin avril 2020, le nombre de dommages corporels (accident de la route) enregistrés par la police a atteint un niveau historiquement bas.
Baisse de la mortalité pour tous les modes de transport Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)(nouvelle fenêtre), le transport routier motorisé a connu une baisse significative de la mortalité en France métropolitaine :

accident route eure
  • 1 243 décès d’automobilistes, soit 379 décès de moins qu’en 2019. Pour la première fois, la mortalité des automobilistes représente moins de la moitié de la mortalité routière ;
  • 479 motocyclistes ont perdu la vie. Ce chiffre, en baisse, est lié aux conséquences du confinement printanier mais aussi aux conditions à une météo pluvieuse en juin et septembre ; Les usagers des modes de déplacement dits  » doux  » affichent des baisses moins importantes : La mortalité des piétons baisse de 19 % de moins que la moyenne.
  • 391 piétons ont été tués, soit 92 décès de moins que l’année précédente ;
  • 178 cyclistes ont été tués en 2020. Ce chiffre est proche de celui des années précédentes. La stabilité du nombre de cyclistes tués s’explique par le développement de ce mode de transport : +31% d’augmentation de la pratique en période non confinée en milieu urbain et +15% en milieu rural.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *