25 octobre 2021

Emmanuel Macron : « Ça s’appelle l’égoïsme » sa remarque cinglante sur les anti-vaccins choque les français !

Alors qu’un grand nombre de Français sont descendus dans la rue ce samedi 24 juillet pour manifester contre la vaccination obligatoire et le pass santé, Emmanuel Macron a dénoncé le comportement « irresponsable » des antivax… Sans langue de bois.

Depuis sa dernière allocution télévisée, le 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a annoncé la couleur. Pour sortir de la crise, causée par le Covid-19, il n’y a qu’une seule solution : la vaccination massive de la population. Suite aux nouvelles mesures annoncées par le président de la République, notamment la vaccination obligatoire des personnels de santé et l’extension du pass santé dans les lieux où le virus se transmet plus rapidement, certains Français n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement, voire leur colère. Certains citoyens n’hésitent plus à descendre dans la rue pour protester. Alors que quelque 161 000 personnes ont manifesté dans toute la France ce samedi 24 juillet, le chef de l’État a décidé d’élever la voix contre l’anti-vacances.

emmanuel macron

Après sa visite au Japon, Emmanuel Macron a entamé une escale de quatre jours en Polynésie française. Lors de son passage à Papeete, le mari de Brigitte Macron a tenu à rendre visite au personnel soignant de l’hôpital de l’archipel. Ce dimanche 25 juillet, après avoir visité l’unité Covid-19 et échangé avec les soignants, Emmanuel Macron s’est montré une nouvelle fois ferme et catégorique en lançant « un message très fort pour appeler tout le monde à se faire vacciner. » En réponse aux manifestations, l’ancien banquier n’a pas mâché ses mots. « Cela ne s’appelle pas la liberté, cela s’appelle l’irresponsabilité, l’égoïsme, a-t-il expliqué. La liberté ne s’arrête que là où commence celle de l’autre. Mais surtout, elle repose sur le sens du devoir réciproque. » Si les Français veulent éviter un énième verrouillage de la rentrée scolaire, Emmanuel Macron martèle que le vaccin est nécessaire comme « une arme scientifique que nous devons utiliser. »

« Taper sur les non-vaccinés »

« Notre pays est confronté à une forte résurgence de l’épidémie. Si nous n’agissons pas maintenant, il y aura une augmentation des hospitalisations dès le mois d’août… », a déclaré Emmanuel Macron devant 22 millions de téléspectateurs le 12 juillet. Sous l’impulsion du chef de l’État, les membres du gouvernement n’ont pas attendu une seconde pour se retrousser les manches. Entre les conférences de presse du porte-parole Gabriel Attal, les innombrables précisions d’Olivier Véran et l’intervention sur le plateau du 13H de TF1 de Jean Castex, les ministres ont sorti l’artillerie lourde pour convaincre les Français de se faire vacciner.

Et pour cause, la quatrième vague provoquée par le variant Delta inquiète fortement les ministres. « Il faut savoir entendre cela, l’inquiétude monte très vite. Nous entrons dans un moment de pédagogie et de conviction pour ramener les indécis vers la vaccination », confie un proche d’Emmanuel Macron dans les colonnes du Figaro. Cette stratégie finira-t-elle par payer, alors que certaines personnalités scientifiques n’envisagent un retour à la vie normale qu’en 2022, voire 2023 ?

Emmanuel Macron dénonce « l’irresponsabilité et l’égoïsme » des militants anti-vax.

Alors que 161 000 personnes ont manifesté contre le pass santé, le ton se durcit du côté de l’exécutif contre les antivax. Emmanuel Macron dénonce leur « irresponsabilité » et leur « égoïsme ». Quelque 161 000 personnes sont descendues dans la rue ce samedi 24 juillet, dans plusieurs villes de France, pour manifester contre le pass santé, que le gouvernement considère comme le choix qui pourrait éviter un nouvel enfermement à l’automne. Si l’exécutif exhorte les Français à aller se faire vacciner, le ton commence aussi à monter face aux anti-vax et le discours à se raffermir. Les ministres le martèlent depuis plusieurs semaines : face à l’épidémie, la seule arme efficace est la vaccination.

discours emmanuel macron president

Après sa visite au Japon, Emmanuel Macron a fait une halte en Polynésie française. Il s’est rendu à l’hôpital de Papeete à Tahiti, dimanche 25 juillet, pour visiter l’unité Covid-19 et échanger avec le personnel. Le chef de l’État en a profité pour répondre aux arguments des militants anti-vax qui voient dans le pass santé une restriction de leur liberté. Ces propos ont été rapportés par BFM TV. « La liberté ne s’arrête que là où commence celle de l’autre. Mais surtout, elle est fondée sur le sens du devoir mutuel », a-t-il expliqué. Vous me dites ‘je ne veux pas me faire vacciner’ mais si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté, alors que vous aviez la possibilité d’avoir quelque chose pour vous protéger et me protéger. »

« Une société ne tient que lorsque la liberté de chacun est respectueuse de l’autre ».

Mais au-delà de la contamination de nouvelles personnes, le président de la République, qui vient de changer de téléphone et de numéro, a également pointé du doigt le problème des hôpitaux et des soignants qui pourraient devoir faire face à une quatrième vague. « Et, au nom de votre liberté, après-demain, vous aurez peut-être une forme grave, vous arriverez à l’hôpital, c’est tout ce personnel qui devra s’occuper de vous. Ils devront peut-être renoncer à prendre quelqu’un d’autre, déprogrammer une opération au nom de votre liberté. » Et de conclure : « Ce n’est pas de la liberté ! Cela s’appelle de l’irresponsabilité, cela s’appelle de l’égoïsme…. Une société ne tient que lorsque la liberté de chacun est respectueuse de l’autre. »

>
 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Ces objets insolites qui font le buzz

À l’approche de l’élection présidentielle, les partisans d’Emmanuel Macron se mobilisent pour soutenir le chef de l’État dans sa réélection. Pour ce faire, de jeunes militants ont lancé un magasin de goodies décalés, rapporte Le Parisien ce samedi 24 juillet.
Ce mercredi 21 juillet, les Jeunes avec Macron ont inauguré une boutique en ligne d’un genre particulier. Chaussettes, bonnets, tee-shirts, mugs… Les produits et gadgets vendus sur le site sont tous à l’effigie d’Emmanuel Macron et de son épouse Brigitte. Objectif : préparer la campagne de réélection du chef de l’État, toujours candidat non déclaré à sa propre succession. L’idée est que les militants aient « quelque chose à se mettre », explique au Parisien Clémence Dupuy, porte-parole de la branche jeunesse de La République en marche.

emmanuel macron président allocution

Naturellement, l’humour de cette boutique militante s’adresse aux jeunes. Un coup d’œil sur le site suffit pour comprendre le ton volontairement décalé des messages : une tasse barrée d’un « parce que c’est mon café », un décapsuleur avec le (très) large sourire d’Emmanuel Macron, un cache webcam pour préserver sa vie privée en ligne…. Les Jeunes avec Macron ont pensé aux détails, en mettant en avant les faux avis d’Emmanuel M. (« Brigitte adore son nouveau T-shirt »), de Jean-Luc M. (« Le L de libéral ne me va pas d’habitude ») ou de François B. (« Super produits ! (« Super produits ! Il manque juste un tee-shirt sur la proportionnelle »). Les initiés comprendront…

Eric Dupond-Moretti approuve ce message

Selon Le Parisien, les jeunes soutiens d’Emmanuel Macron ont déjà enregistré 250 commandes. Et ils n’hésitent pas à offrir leurs goodies aux plus hautes personnalités de l’État…. Fumeur invétéré, Eric Dupond-Moretti aurait gardé sur lui un briquet estampillé « parce que c’est mon briquet », lors de sa campagne (ratée) régionale dans les Hauts-de-France. L’histoire raconte que le ministre de la Justice aurait fini par l’égarer…. À l’automne, les Jeunes avec Macron entendent passer à la vitesse supérieure. Alors que certains prédisent un duel entre le président sortant et sa rivale Marine Le Pen, la branche jeunesse se prépare à coller des affiches et à distribuer des tracts, avant d’organiser une « grande marche format » en octobre.

Emmanuel Macron : ces surprenants reproches qui lui ont été faits lors de son tour de France.

En juin dernier, Emmanuel Macron a effectué un tour de France en plusieurs étapes, pour rencontrer les habitants et prendre le pouls du pays. Comme le rapportent nos confrères du Point, le président a parfois été confronté à des reproches particulièrement surprenants de la part de certains Français rencontrés sur les routes… Emmanuel Macron a retroussé ses manches en juin dernier, pour aller à la rencontre des Français dans différents départements.

L’occasion pour le président de tâter le terrain, alors que la crise a durement frappé le pays et que de nombreux travailleurs ont été particulièrement touchés. De passage dans le Lot et l’Aisne, Emmanuel Macron a été confronté aux retours de certains habitants, qu’il n’est pas prêt d’oublier.

Selon nos confrères du Point, les Français croisés sur la route par le président lui ont parfois fait des reproches inédits. « Il a surtout été interpellé sur le thème de la disparition des services publics, qu’il s’agisse du changement des horaires d’ouverture de la poste ou des problèmes de livraison des journaux. On a même reproché au chef de l’Etat la disparition d’une agence bancaire ou d’une station-service ! Un tour de France très mouvementé pour le mari de Brigitte Macron, qui avait reçu une gifle lors de son déplacement dans la Drôme.

emmanuel macron président

Prendre le pouls du pays

Fortement critiqué par l’opposition pour sa gestion de la crise sanitaire, Emmanuel Macron sait qu’il joue gros. A l’approche de la prochaine élection présidentielle, le président doit regagner la confiance des Français, s’il ne veut pas être rattrapé par ses concurrents. Pour l’instant, le chef de l’État préfère se concentrer sur la crise sanitaire, tentant tant bien que mal de défendre les nouvelles décisions prises par le gouvernement concernant le pass santé, pour tenter de contrôler la propagation du variant Delta.

« Il n’a pas l’air vieux » : pourquoi Emmanuel Macron plaît aux jeunes ?

A 43 ans et à l’aise sur la toile, le président Emmanuel Macron a toutes les cartes en main pour plaire aux jeunes Français. Selon un sondage réalisé par L’Obs, ce jeudi 22 juillet, le chef de l’État connaît un certain succès auprès des 18-24 ans.
Depuis son élection en 2017, Emmanuel Macron est le plus jeune président de la République française.

Aujourd’hui âgé de 43 ans, le chef de l’État séduit logiquement davantage les jeunes que ses prédécesseurs. Mais c’est surtout depuis le début de la crise sanitaire et l’objectif d’une future campagne pour 2022 que le président de la République enfonce le clou auprès des jeunes. Un sondage réalisé par L’Obs, ce jeudi 22 juillet, révèle qu’Emmanuel Macron « obtient une majorité de jugements positifs » dans une seule tranche d’âge : celle des 18-24 ans, avec 52% d’opinions favorables.

En ces temps difficiles, le locataire de l’Élysée n’oublie pas les jeunes, notamment les étudiants. Avec la mise en place du « Pass Culture » pour les 18 ans et ses apparitions régulières sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron a compris l’importance de s’aligner sur son temps. Sa participation au « Trivia Contest » sur la chaîne YouTube de McFly et Carlito en est la preuve. Gaël Sliman, président de l’Institut Odoxa, a une explication : « Il n’a pas l’air démodé. Il ne donne pas l’impression d’être un vieux monsieur qui fait du jeunisme » a-t-il déclaré dans L’Obs. Faire de la jeunesse sa priorité est un objectif particulier pour le gouvernement. Le but est de conquérir les jeunes citoyens mais aussi de plaire aux parents qui sont rassurés de voir leurs enfants soutenus par le gouvernement.

emmanuel macron taille

Un président à l’aise sur les réseaux sociaux

Être le plus jeune président élu de la République ne suffit pas. Il faut aussi être à la page sur la plateforme qui rassemble les jeunes : Internet. Emmanuel Macron a décidé de « se la jouer cool » en étant actif sur tous les réseaux sociaux. Et notamment sur des réseaux ciblés comme Snapchat et TikTok. Avec 1,7 million d’abonnés sur ce dernier, le chef de l’État envoie régulièrement des messages courts et poste des vidéos de certains événements. Selon un conseiller de l’exécutif, le président passe bien à l’écran et est presque un « digital native ». Un avantage énorme en vue de l’élection présidentielle de 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *