25 octobre 2021

Serge Gainsbourg : des nouvelles inattendues de sa fille ainée Natacha !

Si « Lulu » et Charlotte Gainsbourg ont choisi une vie beaucoup plus publique que Natacha et Paul, les enfants aînés de Serge Gainsbourg, qui ont toujours fait preuve d’une grande discrétion.

On connaît bien « Lulu », encore mieux Charlotte Gainsbourg, aussi brillante sur scène que devant une caméra, mais beaucoup moins Natacha et Paul, pourtant eux aussi enfants de Serge Gainsbourg. Le chanteur est le père de quatre enfants nés de trois mères différentes. Sa fille Natacha est née en 1964, de sa relation avec Françoise-Anne Pancrazzi, sa seconde épouse, également prénommée Béatrice.

serge gainsbourg

Au moment de la naissance de leur bébé, Serge Gainsbourg et Béatrice se séparent, avant de se réconcilier trois ans plus tard. Ce n’est qu’après l’arrivée de leur deuxième enfant que le musicien rencontre Jane Birkin, avant de tomber éperdument amoureux. Aujourd’hui, il semble que Natacha et son frère Paul évitent l’attention des médias. Ils ne partageraient presque rien avec leurs demi-frères et sœurs. En 2018, Lucien Gainsbourg a expliqué à Paris Match qu’il a simplement rencontré Paul et Natacha brièvement il y a seize ans.  » Nous nous reverrons… ou pas « , avait-il indiqué.

Les deux aînés n’ont pas vraiment eu l’occasion de rencontrer leurs frères et sœurs. Interrogée à ce sujet, Jane Birkin a expliqué à Paris Match en 2020 que Serge Gainsbourg était confronté à un divorce difficile.  » Il m’a dit :  » Ils viendront plus tard « . Moi, j’ai essayé de les faire venir, mais ça s’est mal passé. Leur mère a exigé que Serge leur verse une fortune pour les voir. Le divorce imposait sa présence. Cela me paraissait tellement curieux comme situation », a-t-elle détaillé.

Aujourd’hui, Natacha Gainsbourg préfère rester anonyme. Introuvable sur les réseaux sociaux, elle ne s’est jamais confiée sur son enfance avec son père.

Sa liaison avec Brigitte Bardot

L’homme à la tête de chou sera dans tous les souvenirs, à l’occasion d’une émission spéciale de Taratata ce samedi 10 avril sur France 2 consacrée à son immense carrière. L’occasion de revenir sur sa relation avec Brigitte Bardot qui reste l’une des idylles les plus marquantes de ces soixante dernières années. Nous connaissons tous la romance qui a animé l’année 1967 entre Serge Gainsbourg, alors en pleine ascension médiatique, et Brigitte Bardot, sex-symbol mondialement reconnu. Mais saviez-vous qu’en tout et pour tout, leur relation n’a duré que trois mois ! Ou plutôt quatre-vingt-six jours comme aimait à le préciser le chanteur.

serge gainsbourg enfants

Une idylle aussi courte qu’intense entre les deux amants qui devront vivre cet amour caché. Brigitte Bardot est à l’époque mariée à l’homme d’affaires allemand Gunter Sachs, qu’elle a épousé en 1966. Leur relation s’est largement dégradée lorsque l’interprète du Poinçonneur des Lilas l’appelle pour lui proposer une chanson qu’il a écrite pour elle.

Lorsqu’elle reçoit Serge Gainsbourg chez elle, la connexion met du temps à se faire, les deux s’intimidant mutuellement, mais après une nuit où le compositeur fredonne le tube qu’il a écrit pour elle, Harley Davidson, ils ne se quitteront plus. « Entre lui et moi, c’était une passion immense comme un feu de forêt qui brûle tout », avoue-t-elle au journaliste Christian Brincourt, qui le raconte en 2018 dans Paris Match.

Les amoureux ne se quittent jamais et à la demande de Brigitte Bardot d’écrire la plus belle chanson d’amour, l’auteur répondra par l’une de ses plus belles chansons, Je t’aime moi non plus. Gunther Sachs s’oppose à la diffusion de cette chanson, qui ne sera commercialisée que des années plus tard, Jane Birkin prenant la place de BB aux côtés de Gainsbourg. Mais la relation artistique entre les deux amants ne s’arrête pas là, puisqu’ils chanteront Bonnie and Clyde, un duo mythique qui sortira en janvier 2018.

serge gainsbourg épouse

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. L’héroïne du Mépris de Jean-Luc Godard vit mal cette relation cachée et décide d’y mettre fin pour retourner auprès de son mari, Gunther Sachs. Une nouvelle qui bouleverse la chanteuse qui a vécu intensément cette relation. « Il comptait beaucoup pour moi, mais la situation était insupportable, infernale », justifie-t-elle à l’époque.

>

La presse, qui se fait alors l’écho de cette romance qui fascine en France et à l’étranger, annonce leur rupture, mais les deux artistes continuent d’entretenir une relation amicale pendant plusieurs années. De son côté, Gainsbourg a trouvé l’amour en 1968 avec une jeune Anglaise rencontrée sur le tournage du film Slogan, Jane Birkin. Brigitte Bardot, quant à elle, a divorcé en 1969 avant de refaire sa vie avec l’industriel Bernard d’Ormale en 1992.

Une vie bisexuelle ?

On savait que Serge Gainsbourg avait un carnet d’adresses bien rempli. Séducteur dans l’âme, il n’aurait pas séduit que des femmes, mais aussi des hommes, comme le précise Jane Birkin dans « Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui« , le livre d’Arthur Dreyfus.

Infatigable charmeur, catalogué comme un « homme à femmes », Serge Gainsbourg a enchaîné les conquêtes. Les plus belles créatures ont cédé à ses avances. Il a même partagé une courte passion avec l’icône de la beauté elle-même, Brigitte Bardot, à la fin de l’année 1967. Mais si l’on en croit les pages du livre d’Arthur Dreyfus, intitulé Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui – paru le 4 mars 2021 aux éditions P.O.L. -, le chanteur aurait étendu encore plus sa vision… puisqu’il se serait beaucoup intéressé à ces messieurs.

serge gainsbourg mort

« C’est un côté de lui ambigu »

C’est son ancienne compagne, Jane Birkin, qui le raconte dans le livre d’Arthur Dreyfus : Serge Gainsbourg « était probablement bisexuel ». « Il a toujours aimé les garçons qui chantaient dans les chorales », explique-t-elle. Il aimait les garçons, d’ailleurs, donc c’est un côté ambigu de sa personne. » De son vivant, l’artiste n’avait pas vraiment fait mystère de ses goûts multiples. Interrogé par Thierry Ardisson sur ses attirances sexuelles, il avait assuré qu’il ne fallait « pas mourir idiot » avant de préciser, avec toute l’élégance qui était la sienne : « Ce n’est pas moi qui ai mordu l’oreiller ».

« J’évite de me balader dans le quartier« 

Dans ses livres, dans ses chansons, Jane Birkin a toujours une pensée pour Serge Gainsbourg, pour cette relation extrêmement tumultueuse qu’ils ont partagée dans les années 1970. Mais depuis trente ans, depuis ce terrible 2 mars 1991, elle doit se passer de lui. Si Charlotte Gainsbourg envisage d’ouvrir prochainement un musée hommage dans les anciens appartements du chanteur, situés au 5bis de la rue de Verneuil – dans le sixième arrondissement de Paris -, pas sûr que sa mère tente la visite. « Tout ce qui s’est passé là-bas me semble d’un autre temps. Comme si cette vie appartenait à une autre personne, a-t-elle déclaré au magazine Télé 7 Jours. Mais ma dernière vision de Serge est imprimée en moi et j’évite de me promener dans le quartier… »

Serge Gainsbourg et Jane Birkin

Jane Birkin restera marquée à vie par son histoire d’amour avec Serge Gainsbourg. De 1968 à 1980, elle l’a aimé, détesté, provoqué, parfois subi. C’est sans doute pour cela qu’elle a préféré mettre fin à cette idylle légendaire… malgré eux.
Voilà trente ans, déjà, que Serge Gainsbourg a rejoint le Havane fumeur. De son passage sur Terre, beaucoup se souviennent des chansons, bien sûr, mais aussi d’un personnage, d’une histoire, d’une attitude, d’un héritage. Sa voix grave avait séduit aussi bien les auditeurs que les femmes, qui furent nombreuses à défiler dans sa vie. Bien sûr, les années 1970 ont été marquées par l’extraordinaire duo qu’il formait avec Jane Birkin. Passion binomiale, amour-haine, mélodies berçant leurs sentiments, un enfant né de leur histoire.

serge gainsbourg jane birkin

Nous baignions dans la mélancolie », se souvient leur fille, Charlotte Gainsbourg, dans une longue interview à Télérama. Il y avait un côté sombre dans ce qu’il m’a transmis, même si je ne garde pas un souvenir triste. Il avait le goût du drame. De la passion. Ses relations étaient loin d’être paisibles. Elles étaient plutôt dures. Avec ma mère, ils s’attiraient beaucoup d’ennuis, j’en ai des souvenirs précis, et elle n’était pas en reste. Même après leur séparation, quand il venait nous voir chez elle, les assiettes volaient. Ils buvaient beaucoup. L’alcool ne le rendait pas violent, plutôt doux au contraire. Un peu larmoyant. »

« J’ai écrasé ma cigarette sur lui aussi, allumée« 

La violence de cette relation n’est pas très secrète. Dans les différents volumes de son autobiographie, de Munkey Diaries à Post-Scriptum, Jane Birkin évoquait déjà sa romance très tumultueuse avec Serge Gainsbourg. Les coups de sang, les coups de gueule, les coups tout court. « J’ai écrasé ma cigarette sur lui aussi, allumée, alors j’ai fait pareil », a-t-elle expliqué à Léa Salamé sur France Inter. Mais la foudre a frappé sans doute trop fort. En septembre 1980, la chanteuse préfère s’éloigner de son compagnon, de ce rythme de vie insupportable qu’ils mènent ensemble et qui la rend folle, quitte à risquer sa vie.

« Quand j’ai acheté la maison après sa mort, je voulais respecter ses volontés« 

Un lieu reste imprégné des souvenirs de cette idylle. Il s’agit de l’appartement du 5 bis rue de Verneuil, dans le 7e arrondissement, dans lequel Serge Gainsbourg a vécu, puis rendu son dernier souffle, le 2 mars 1991. Sa fille, Charlotte, a un projet gargantuesque en tête : transformer la maison en un lieu de culte et de recueillement. « Lorsque j’ai acheté la maison après sa mort, j’ai voulu respecter ses souhaits. J’avais lu qu’il souhaitait qu’elle devienne un musée », raconte-t-elle à Télérama. Aujourd’hui, ce désir se concrétise. Nous avions prévu d’ouvrir la maison pour le trentième anniversaire de sa mort, le Covid nous a fait prendre du retard, mais nous serons prêts avant la fin de l’année. J’ai choisi de laisser la maison intacte, avec peu de visiteurs et une annexe pour prendre les billets, afin de ne pas toucher à la façade, qui a toujours été couverte de messages et de graffitis. Il y aura des choses à voir et à entendre… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *