25 octobre 2021

Bernard Tapie : insulté par un supporter du PSG, son fils prend sa défense !

Samedi 24 juillet 2021, alors qu’une énième dispute entre les supporters du PSG et de l’OM battait son plein sur Twitter, un internaute a fait une remarque très déplacée sur Bernard Tapie. Cela n’a pas échappé à son fils, Stéphane Tapie, qui n’a pas hésité à rétorquer.

Sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, il n’est pas rare que les esprits s’échauffent avec Bernard Tapie et que n’importe quel sujet puisse entraîner des désaccords plus ou moins violents entre les utilisateurs. Il est clair que le football en fait partie. Très régulièrement, les supporters de différentes équipes ne se font pas de cadeaux en se déclarant la guerre par le biais de tweets. C’est souvent entre les aficionados de l’OM et du PSG – éternels rivaux – que les échanges sont les plus virulents.

bernard tapie

Samedi 24 juillet 2021, un internaute l’a encore prouvé en s’en prenant violemment à Bernard Tapie, ancien président de l’Olympique de Marseille, qui est non seulement à la retraite, mais aussi en très mauvaise posture suite au développement d’un double cancer de l’œsophage et de l’estomac. Le supporter du PSG a tweeté : « Porte ta croix et va au cimetière avec Tapie ». Une réflexion qui n’est évidemment pas passée.

« Des footix haineux »

Stéphane Tapie, le fils de Bernard Tapie, a pris la parole sur ses réseaux sociaux pour dénoncer les propos irrespectueux tenus par le fan. Sur Instagram, en story, il a partagé une capture d’écran sur laquelle on peut lire le tweet sur lequel il a écrit : « Les fans sont devenus des footix haineux ». Ce dernier a pris soin d’entourer la partie concernant son père malade. Sur Twitter, il a également laissé exploser sa colère en retweetant cette fois une publication dénonçant le tweet en question.

En légende, Stéphane Tapie a déclaré : « Ce que certains footeux du PSG sont sans âme, sans respect, sans cœur ! » Dans les commentaires, il a pu compter sur le soutien inconditionnel des internautes : « Ces commentaires me donnent la gerbe. Je mets la rivalité de côté, soutien total », « Je soutiens le PSG, mais franchement, je ne supporte pas du tout ces propos horribles. Je suis désolé pour vous et votre famille », « Je condamne fermement ce genre de publication », « Il n’y a pas de vaccin contre la bêtise » Albert Einstein. La force à Bernard », peut-on lire. Dans ces conditions, il n’est pas question de guerre entre clubs, juste d’humanité.

Il veut pouvoir choisir sa mort

Alors qu’il mène un combat acharné contre son double cancer de l’estomac et de l’œsophage, Bernard Tapie s’est confié sur son désir de choisir sa fin de vie au micro de Darius Robechin lors de son émission Le 20H diffusée ce jeudi 8 juillet sur LCI.
Bernard Tapie est-il en train de baisser les bras ? Depuis quatre ans, l’ancien manager de l’Olympique de Marseille tente de prendre l’avantage dans un jeu qui l’oppose à un double cancer de l’estomac et de l’œsophage.

bernard tapie santé

Malgré sa détermination et sa force titanesque pour contrer la maladie, il semblerait que cette dernière ait eu raison de l’homme d’affaires de 78 ans. Invité ce jeudi 8 juillet sur le plateau de l’émission Le 20H, diffusée sur LCI, Bernard Tapie s’est confié avec émotion à Darius Robechin sur l’évolution de sa maladie. « Je suis dans une phase un peu moins douloureuse. Mais j’ai souffert pendant un mois le martyre du matin au soir, sans pouvoir me lever, manger. Vous vous battez contre cette volonté d’en finir ».

Après avoir multiplié les hospitalisations, Bernard Tapie est fatigué de se battre. Dès lors, l’homme politique français se dit prêt à choisir sa mort. Un désir dont il a eu l’occasion de discuter avec sa femme Dominique comme il le raconte sur LCI. « Je lui ai dit : ‘qu’est-ce que tu penses si, à un moment donné, je ne peux plus supporter la douleur au point d’être mis dans un état comateux, pour anticiper le rendez-vous final ?’. Elle m’a répondu : ‘moi, non’. » L’homme impliqué dans l’affaire du Crédit lyonnais se montre alors favorable à l’euthanasie : « Chacun a sa mort ». L’occasion pour ce dernier d’interpeller les politiques et de les inviter à aller dans ce sens. « Il faut arrêter de nous embêter pour nous faire vivre comme ils l’ont décidé. (…) Est-ce que je vais m’occuper de la manière dont tel ou tel ministre va mourir ? « . Reste à savoir si sa requête parviendra aux oreilles de l’Assemblée nationale…

Une force surhumaine

Sa rage de vivre ne cesse d’impressionner. S’il s’est senti « mortel » à l’annonce de son double cancer, Bernard Tapie a très vite enfilé les gants de boxe pour terrasser la maladie. Une volonté de fer qui a suscité l’admiration de ses proches. Jeudi 24 juin, son ami et auteur du livre Bernard Tapie, leçons de vie, de mort et d’amour (éditions Presses de la Cité), Franz-Olivier Giesbert a raconté à CNews comment l’ancien ministre de la Ville se bat contre la maladie. « Il y a une scène au début du livre qui est vraiment typique de lui. Son plus jeune fils, Laurent, arrive à l’hôpital après l’opération (…) Il sort des soins intensifs, son fils vient le voir, donc c’est sa première visite et il fait des pompes ! Il fait des pompes dans son lit, c’est incroyable ».

>
bernard tapis

Très vite, l’homme d’affaires impose « la touche Tapie » et décide de ne pas tricher face à ses cancers. Bien que la maladie progresse, il refuse de prendre des antalgiques et continue de pratiquer une activité physique régulière. « Je me force à faire du sport, même quand je suis épuisé. Je fais du vélo, je marche, je monte des escaliers, je fais tout ce qui demande un effort physique », a-t-il déclaré dans une interview accordée au Soir en août 2020. Le soutien de ses proches et son tempérament de vainqueur lui donneront peut-être l’envie de recommencer.

Bernard Tapie : le jour où il a appris son double cancer

Auteur du livre « Bernard Tapie. Leçons de vie, d’amour et de mort » (éd. Presses de la Cité), Franz-Olivier Giesbert a recueilli les confidences de l’homme d’affaires sur son cancer. C’est l’été où tout a basculé. Devenu un modèle pour de nombreux malades du cancer, un combat qu’il a choisi de médiatiser, Bernard Tapie a commencé ce jeu pour la vie en 2017. Une mauvaise nouvelle est venue brutalement mettre fin à ses traditionnelles vacances dans sa villa de Saint-Tropez, aux côtés de son épouse Dominique, comme le raconte le livre Bernard Tapie. Leçons de vie, d’amour et de mort (éd. Presses de la Cité). Lors de ce séjour, l’ex-ministre se rend compte qu’il a de plus en plus de mal à avaler ses repas. Mais sans s’inquiéter plus que cela.

Bernard Tapie ne fume pas, ne boit pas, donc ça passera. Sauf que l’homme d’affaires à l’hygiène de vie irréprochable voit ses problèmes de déglutition s’aggraver. Il décide alors d’appeler son ami de quarante ans, le docteur Jean Duby, qui a travaillé pour l’OM pendant sa présidence. Ce dernier insiste : il doit se rendre immédiatement pour une fibroscopie. C’est là, à Nice, que le verdict tombe et qu’on lui diagnostique un cancer de l’estomac et de l’œsophage. « On va faire d’autres prélèvements, mais il n’y a aucun doute, c’est un cancer », lui dit-on d’emblée. Retour à Saint-Tropez, pour « une soirée aux allures de conseil de guerre », dont Bernard Tapie sortira déterminé.

Il s’est senti « mortel ».

« J’ai immédiatement sorti mon arme, assure-t-il à Franz-Olivier Giesbert. Au premier obstacle, je dégaine toujours. C’est un réflexe depuis que je suis sorti de ma banlieue où l’on veut toujours me renvoyer. (…) Je suis un battant et je ressens ce soir ce que j’ai ressenti quand on m’a mis en liquidation, dit celui qui s’est senti vulnérable pour la première fois. Vous passez votre vie à penser que vous êtes immortel. (…) Avec un cancer qui peut frapper à tout âge, tout d’un coup, vous vous sentez mortel ! » conclut l’ancien patron de l’OM, pas encore prêt à jeter l’éponge quatre ans plus tard.

tapie bernard

Bernard Tapie confronté au cancer : son état n’est « pas génial » mais « il se bat encore ».

Franz-Olivier Giesbert a publié un livre intitulé Bernard Tapie – Leçons de vie, de mort et d’amour. Au micro de RTL ce jeudi 10 juin, le journaliste donne des nouvelles de l’état de santé de son ami. Affaibli mais combatif. Depuis près de trois ans, Bernard Tapie se bat contre un double cancer de l’œsophage et de l’estomac. Et les dernières nouvelles concernant son état de santé n’étaient pas très rassurantes. Son fils, Laurent Tapie, avait déclaré que son père avait « une tumeur au cerveau, deux aux reins [et] à l’abdomen ». Son avocat avait toutefois assuré que « son état de santé n’est pas alarmant. »

Au micro de RTL ce jeudi 10 juin, Franz-Olivier Giesbert a voulu en dire plus sur la santé de son ami, alors qu’il publie un livre intitulé Bernard Tapie – Leçons de vie, de mort et d’amour aux Presses de la Cité. « Ce n’est pas génial, il passe beaucoup de temps à l’hôpital mais il se bat encore » explique l’essayiste et biographe. Très admiratif de son ami, il n’a pas manqué de saluer son courage. « C’est ce qui me fascine, sa volonté. Il ne lâche pas l’affaire, face au cancer, face aux ennuis judiciaires, il est toujours là et il se bat », a-t-il déclaré.

Il parle de son cancer : « On dirait que j’ai 100 ans… »

Outre ses deux cancers, Franz-Olivier Giesbert revient sur cet homme « aux 1 000 vies », passionné de football, de vélo et de théâtre, qui a également dû faire face récemment à une agression à son domicile en avril dernier, mais aussi au rejet de sa demande de non-lieu concernant son procès en appel, l’homme d’affaires étant poursuivi pour escroquerie et détournement de fonds dans le cadre de l’arbitrage de son litige avec le Crédit lyonnais en 2007.

Début juin, l’ancien patron de l’OM, confronté à la maladie, s’est exprimé sur son combat dans les colonnes de Paris Match. « Je suis complètement cassé ! Huit heures par jour au lit, j’ai l’air d’avoir 100 ans…. Ce protocole est un programme très lourd. Un truc expérimental. Plus rien ne marche dans les traitements classiques », a-t-il déploré. Mais toujours très combatif, Bernard Tapie ne perdra pas le match de sa vie :  » On m’a donné deux ans, ça fera quatre ans en septembre, alors ne vous faites pas d’illusions ! « .

Son attaque était un  » signal « .

sante bernard tapie

Dans une interview accordée au Point ce mercredi 21 avril, Bernard Tapie est revenu sur le cambriolage et les violences dont il a été victime avec sa femme début avril. L’homme d’affaires veut croire que les circonstances de l’agression ne sont pas le fruit du hasard. Dans la nuit du 3 au 4 avril, Bernard Tapie et sa femme, Dominique Tapie, ont vécu l’horreur. Lors d’un cambriolage dans leur résidence secondaire en Seine-et-Marne, le couple a été ligoté et battu. Bernard Tapie explique à nos confrères du Point : « Mon fils Laurent, sa femme et leurs deux enfants devaient venir dormir à la maison cette nuit-là.

Le programme a changé. » Face à une telle coïncidence, il a rassemblé sa famille le lundi de Pâques, juste après les faits. « Je leur ai dit : « Tout cela est arrivé un week-end de Pâques. Ceci est un signe. Ce sont les clous de ma croix. Et je veux croire que, le 10 mai, ce sera ma résurrection ! » », déclare Bernard Tapie, faisant référence à la date de reprise de son appel dans l’affaire de l’arbitrage du Crédit lyonnais. Accusé d’escroquerie et de détournement de fonds publics, il risque cinq ans de prison.

Si elles ont réussi à s’en sortir en donnant l’alerte à un voisin, les victimes s’en sortent avec de réelles séquelles, explique Bernard Tapie. L’ancien député français, qui souffre d’un double cancer, raconte que c’est sa femme qui a le plus souffert cette nuit-là. « Elle était traînée par les cheveux d’une pièce à l’autre, car les cambrioleurs voulaient qu’elle leur dise où se trouvait le coffre-fort […] et l’argent liquide », se souvient-il.

« Je le vis très mal »

Dominique Tapie, dont le visage tuméfié a été révélé comme celui de son mari par Pascal Praud sur CNews, a été battue « pendant près d’une demi-heure ». Un moment traumatisant qui l’empêche désormais de trouver le sommeil. « Elle va être obligée d’avoir recours à des traitements psychologiques. Et ça, je le vis très mal « , ajoute l’homme d’affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *