27 mai 2022

Alpes-Maritimes : le fugitif soupçonné d’avoir tué sa femme a été retrouvé mort

Marc Floris, un fugitif soupçonné du meurtre d’une femme, traqué par des gendarmes d’élite dans le village de Gréolières dans les Alpes-Maritimes, a finalement été retrouvé mort près de son domicile.

Il se serait suicidé avec une arme à feu. Trente ans ont été perquisitionnés depuis dimanche, après la découverte à l’aube du corps d’une femme de 32 ans abattue devant le portail de sa résidence à Plan-de-La-Tour, sur le golfe de Saint-Tropez.

Identifié à partir d’images de vidéosurveillance à son domicile et d’analyse technique du téléphone de la victime, cet employé d’une entreprise de travaux publics des Alpes-Maritimes s’est enfui à Gréolières, le village de ses parents.

Il était inconnu de la justice et semble avoir « été enlevé par une folie meurtrière et dramatique », a déclaré lundi Nasser Boualam, le commandant du groupe de gendarmerie des Alpes-Maritimes.

Recherche importante Les recherches se sont poursuivies dans la nuit de lundi à mardi, notamment de chiens et d’équipements aériens équipés de caméras thermiques.

Des moyens importants ont été mobilisés pour ces recherches : unités du GIGN à Orange (Vaucluse) et à Paris, moyens aériens, notamment des hélicoptères, pour déverser les personnes au plus près des sites à découper, harnais pour chiens. Saint-Hubert, une race à l’odeur particulièrement développée.

La mère de Marc Floris témoigne

mère ed Marc Floris

La mère de Marc Floris a été interviewée pour le journal 20 Heures de TF1 ce mardi 20 juillet, quelques heures après la mort de son fils. Marie-Ange Floris s’est rapprochée de la famille Doriane Ragon. La chasse a duré trois jours dans les Alpes Maritimes. Dès le dimanche 18 juillet, les gendarmes recherchaient Marc Floris, suspect de féminicide.

En fin de compte, l’homme de 33 ans a été retrouvé mort le mardi 20 juillet, juste avant 13 heures. Près de 200 policiers militaires ont poursuivi avec acharnement Marc Floris, soupçonné d’avoir ôté la vie à une jeune femme de 32 ans, Doriane Ragon, dans une ville du golfe de Saint-Tropez. La victime, la mère d’une fillette de 11 ans, et Marc Floris étaient en couple depuis plusieurs mois.

Marie-Ange Floris, la mère du meurtrier présumé, a témoigné mardi au JT de 20h sur TF1. Des journalistes l’ont rencontrée quelques heures après la mort de son fils. « J’ai perdu mon fils.

J’ai perdu ma chaise. J’ai perdu mes entrailles mais j’étais soulagé d’être mort. J’étais soulagée parce qu’il s’est suicidé », a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : « C’est la vie avec la vie, la vie pour la vie. Et je ne pouvais pas imaginer que Doriane était morte et pas lui. Et il n’y aurait jamais survécu.