28 novembre 2021

Pourquoi fait-on trinquer nos verres entre eux avant de déguster ?

On le fait sans même s’en rendre compte et heureusement parce que c’est souvent mal vu de l’oublier… Oui, on parle de bien de la tradition de “trinquer”.

Trinquer : la confiance règne

Il faut savoir que cette tradition de trinquer les verres avant de boire date du Moyen-Âge. Quand on se retrouvait, c’était entre personnes de haut rang. Et généralement, soit ce titre provoquait des jalousies, soit c’était pas la super ambiance entre les personnes présentes (oui on était très porté sur la guerre à cette époque, faut l’avouer). Du coup, la confiance n’était pas au rendez-vous lors des banquets et des apéros. Surtout quand on sait qu’une des armes favorites pour tuer ses ennemis était… le poison. 

Trinquer : une question de vie ou de mort

Beaucoup se sont faits avoir avec des verres empoisonnés. A l’époque c’était pas une petite intoxication alimentaire, c’était la mort direct. Alors il a fallu trouver un stratagème pour boire son verre tranquillement, sans stresser de mourir (c’est clair qu’on a connu plus agréable).

personnes entrain de trinquer

Du coup une règle tacite a été instaurée un peu partout : trinquer. A l’époque, les verres n’étaient pas faits de verre et étaient donc plus solides. Pour trinquer, on faisait entrechoquer les verres avec assez de force pour envoyer des gouttes de son breuvage dans celui de son voisin. Cela avait pour but de dissuader d’empoisonner les verres. Personne n’a envie de se retrouver à boire le poison qu’il a mis dans le verre de son voisin. 
Et évidemment, il fallait trinquer en se fixant droit dans les yeux. Se fixer permettait de déceler si son compagnon de boisson était stressé, apeuré ou en confiance. En gros, ça permettait de vérifier les intentions de ses invités. Et le premier qui détournait le regard était pris en flague . Cela voulait dire qu’il avait empoisonné le verre de son voisin et qu’il voulait vérifier qu’aucune goutte ne tombe dans son propre verre !

La tradition de trinquer a perduré un peu partout dans le monde entier, même si (normalement) aujourd’hui les personnes avec qui l’on trinque ne tentent pas de nous empoisonner ! 

Il ne vous reste plus qu’à trinquer et à dire ‘tchin’ !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *