26 mai 2022

Nos astuces pour parler comme un vrai maitre-brasseur

Il y a toujours cette personne dans votre entourage qui connaît tout sur tout sur le monde de la bière et vous impressionne par son savoir sans faille. Et si, au prochain apéro, cette personne c’était vous ?

Les bases d’un vrai maitre-brasseur

Pour passer pour un vrai maitre-brasseur, il faut savoir reconnaître le goût de la bière sans s’emmêler les pinceaux. Et c’est pour ça que c’est hyper important d’arriver à faire la différence entre un arôme, une saveur et une flaveur. On vous réexplique ? 

– Un arôme : l’arôme c’est ce que l’on distingue/reconnaît grâce à l’odorat. On peut sentir les arômes d’une bière quand on la sent avant de la déguster : donc par olfaction. Mais aussi une fois qu’on l’a en bouche et que l’on avale la gorgée, les arômes remontent par les voies rétro-nasales : c’est ce qu’on appelle la rétro-olfaction, on sent les odeurs de ce que l’on goûte. 

– Une saveur : la saveur, on la perçoit grâce au goût. Là, on est purement sur du gustatif : c’est la perception du goût par les papilles. 

Les 4 saveurs fondamentales : amer, acide, sucré et salé.

– Les sensations trigéminales : ce sont toutes les sensations qui ne sont pas des goûts, ex : l’astringence que laisse une bière en bouche ou sa pétillance. 

– Une flaveur : c’est l’ensemble de toutes ces sensations regroupées : un tout que l’on perçoit. 

photo maitre-brasseur

Le niveau goût d’un vrai maitre-brasseur

Pour être un vrai maitre-brasseur, vous devez savoir expliquer ce qu’est l’amertume, l’acidité et l’astringence. Ça à l’air évident comme ça, mais on vous assure que pendant une dégustation on peut en perdre son latin. 

– Amertume : une saveur qui est âcre, un peu comme la peau des agrumes ou le café sans sucre. L’amertume s’oppose souvent au sucre et à la douceur. On mesure l’amertume d’une bière par sa teneur en IBU (International Bitterness Unit). Généralement plus le taux d’IBU est élevé, plus la bière est amère (attention ce n’est pas toujours vrai !) 

– Acidité : c’est quand la saveur est piquante, vous savez ce petit quelque chose qui fait pétiller les papilles, comme le jus de citron.  

– Astringence : contrairement à l’amertume, l’astringence n’est pas un goût. C’est plutôt une sensation : quand une bière laisse un goût âpre et rugueux en bouche, on parle alors d’astringence. 

Pour une bière facile à déguster vous pouvez dire qu’elle est : fraîche, légère en goût, douce… 

Pour une bière plus forte en bouche, un vrai maitre-brasseur peut dire qu’elle est : astringente, forte, corsée, amère, râpeuse…