20 mai 2022

E-commerce: un collectif de 500000 commerçants se mobilise contre Amazon

Un demi-million de commerçants physiques [ayant une boutique contrairement aux commerçants vendant uniquement sur internet] se lancent jeudi 27 mai dans un front anti-amazonien. Réunis dans un collectif «Sauvez nos marchands», petites entreprises indépendantes, centres commerciaux et grandes chaînes mondiales sont unis contre des entreprises 100% internet, des pure players, et principalement Amazon.

Affirmant que le commerce physique «est essentiel à la vitalité de nos territoires» , le collectif souhaite «jouer à égalité» avec les pure players. Il dénonce «les privilèges exorbitants dont jouissent» les géants du net «grâce au soutien de l’État» .

«Un abus de position dominante qui pleure.»

Francis Palombi, Confédération des commerçants français

Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants français, plaide, sur franceinfo, pour que «les règles du jeu pour certains s’appliquent aux autres» . «Lorsqu’un hypermarché s’installe, il fait l’objet de demandes d’autorisation très sévères» , explique-t-il. «Lorsqu’un entrepôt Amazon est créé, couvrant 50 000 à 150 000 mètres carrés, il ne répond pas aux critères d’une zone de vente commerciale.»

Ce «manque d’équité» engendre «de graves conséquences, notamment en termes d’emplois ou de destruction de commerce» , précise le collectif.

Les commerçants physiques pointent «une injustice face à la TVA» et dénoncent le fait que les pure players ne sont pas soumis à l’impôt sur les sociétés du fait de leur absence d’implantation en France. «Grâce à cette règle fiscale, Amazon, qui cacherait 57% de son chiffre d’affaires, n’a payé aucun euro d’impôt sur les sociétés en 2020.» Ils soulignent qu ‘ «un emploi créé par Amazon détruit deux emplois dans le commerce physique en France» .

Le collectif s’alarme enfin que les centres commerciaux et les centres-villes deviennent des lieux fantômes à cause des géants du net: «La mise en place d’entrepôts logistiques regarde nos territoires» et avec «le flux ininterrompu de livraisons, les pure players perturbent nos villes» .

Les 500 000 commerçants membres du collectif demandent une réforme fiscale pour conduire à une «équité fiscale totale» . Ils souhaitent que les sanctions soient renforcées face à une «concurrence déloyale» , un moratoire sur la création d’entrepôts et un plan de soutien aux commerçants. Enfin, ils plaident pour une contribution obligatoire sur le principe du pollueur-payeur, car, selon eux, «les pure players ont un impact environnemental désastreux» .