20 mai 2022

Au Guatemala, six décapités dans des affrontements des prisons

Au moins sept détenus ont été tués, la plupart décapités, lors d’affrontements entre des gangs rivaux dans une prison de l’ouest du Guatemala mercredi, ont annoncé des responsables.

Des centaines de policiers ont été déployés pour rétablir l’ordre dans la prison de Cantel, qui abrite des détenus du gang Mara Salvatrucha et de leurs ennemis jurés, le Barrio 18.

« Dans un premier temps, la mort de sept détenus est connue », a déclaré le ministère de l’Intérieur (Intérieur) dans un communiqué, qualifiant la situation d ‘ »émeute ».

Le chiffre a été confirmé par le parquet, dont le personnel a réussi à accéder à la prison, située à 205 kilomètres à l’ouest de la capitale.

Un porte-parole de la Police nationale civile (PNC), Jorge Aguilar, avait déclaré plus tôt à l’AFP que les violences avaient été causées par une confrontation entre deux gangs et qu’au moins six prisonniers avaient été décapités.

Les autorités soupçonnent que l’un des gangs s’est attaqué à l’autre en représailles à un incident survenu il y a plusieurs jours, a ajouté Aguilar.

La violence des gangs et les émeutes sont courantes à la prison de Cantel, qui a été condamnée par des groupes de défense des droits humains pour ses conditions sombres.

Construit pour accueillir cinq cents détenus, il abrite actuellement plus de quatre fois ce nombre, a déclaré la police.

Les gangs redoutés et violents du Guatemala sont connus pour leurs rackets d’extorsion, dans lesquels ils obligent les hommes d’affaires et les exploitants de bus à leur verser de l’argent de protection ou à s’exécuter.

Les gangs sont responsables de près de la moitié des 3 500 morts violentes par an au Guatemala, ont déclaré les autorités – l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde.