26 mai 2022

Stop & Go : Chronographe à rattrapante Sinn 910 Anniversary

Un chronographe à rattrapante est une complication plutôt rare. Sinn propose le modèle 910 Anniversary à un prix raisonnable. Nous avons testé ce chronomètre rétro avec des caractéristiques contemporaines.

Si Sinn propose différents modèles classiques, notamment dans sa collection Frankfurt Financial District Watches, la marque basée à Francfort est surtout connue pour ses montres sportives et ses garde-temps fonctionnels. Parmi ceux-ci figure également un chronographe remarquablement élégant. Le chronographe 910 Anniversary Split-Seconds, notre montre de test, mérite d’être mentionné et d’être vivement recommandé aux aficionados et aux collectionneurs. Ce modèle, disponible en édition limitée à 300 pièces, est une pièce plutôt rare dans le monde de l’horlogerie : un chronographe à roue à colonnes avec fonction de rattrapante au prix abordable de 6 330 dollars.

Le transport et le rattrapage exigent des constructions de mouvement stables.
Il n’existe pratiquement rien de comparable, à l’exception de la remarquable Double Felix de la petite mais excellente manufacture Habring2 de Völkermarkt, en Autriche. Ce modèle est équipé d’un calibre de manufacture à remontage manuel et son prix est de 7 750 €. Et à l’extrémité supérieure de l’échelle se trouve la A. Lange & Söhne Triple Split pour 147 000 $, qui possède une triple rattrapante et une fonction flyback en combinaison avec de nombreux autres raffinements techniques.

Un chronographe à rattrapante, également appelé chronographe double ou rattrapante, possède deux aiguilles de secondes écoulées, d’où le nom de chronographe « double ». Ces deux aiguilles jumelles peuvent être mises en marche, arrêtées et remises à zéro indépendamment l’une de l’autre, ce qui vous permet de comptabiliser des temps intermédiaires. Le terme allemand Schleppzeiger, inscrit sur le cadran de notre montre de test et signifiant  » pointeur traînant « , souligne un aspect du chronographe à rattrapante : la première aiguille des secondes écoulées entraîne la seconde jusqu’à ce que cette dernière soit arrêtée indépendamment de la première, qui continue de bouger. Le terme français rattrapante, qui signifie « récupération », fait référence à l’autre aspect de cette complication horlogère : l’aiguille momentanément arrêtée peut être déclenchée pour rattraper sa compagne, qui continue à mesurer un intervalle plus long.

Que l’on considère le processus comme un « accompagnement » ou un « rattrapage », un chronographe à rattrapage exige une connexion stable et flexible, qui doit également être économe avec la quantité limitée d’énergie disponible pour faire fonctionner le mouvement. Les difficultés techniques commencent avec les arbres extrêmement longs des deux aiguilles de la seconde écoulée, qui doivent être minutieusement guidées à travers tout le mouvement jusqu’au cadran. L’aiguille des secondes écoulées est fixée, côté cadran, à l’arbre central du chronographe, qui est relié au cœur de la rattrapante. Le rôle de ce cœur est de permettre à l’aiguille des secondes écoulées de rattrapante de se précipiter vers sa compagne et de reprendre sa course en synchronisation avec elle après avoir été brièvement arrêtée pour permettre la lecture d’un temps intermédiaire. La tâche d’arrêter cette fine aiguille est confiée à un ressort. Lorsque ce ressort est relâché, l’aiguille arrêtée rejoint rapidement sa compagne.

Ce qui est brièvement expliqué ici est techniquement très complexe, c’est pourquoi seuls quelques fabricants relèvent le défi, généralement coûteux, de concevoir leur propre construction à rattrapante. L’un d’entre eux est le fabricant suisse de mouvements La Joux-Perret, anciennement Jaquet, qui fait partie de Citizen Holding depuis 2012 et se concentre sur les spécialités et les conversions complexes de mouvements existants. L’une de ces conversions est une modification du calibre ETA/Valjoux 7750, que La Joux-Perret équipe d’une roue à colonnes pour contrôler les fonctions du chronographe et de deux aiguilles des secondes écoulées pour la fonction rattrapante. Sinn enferme ce calibre modifié dans son chronographe 910 Anniversary Split-Seconds. Dans le passé, des modifications similaires ont été trouvées dans des montres proposées par Hublot, Panerai, Vulcain, Hanhart et Graham. Aujourd’hui, cependant, il existe très peu de modèles comparables sur le marché, ce qui est également vrai pour les chronographes à rattrapante en général. La Joux-Perret désigne ce calibre sous le numéro 8602-1. Sinn n’utilise pas de désignation spécifique et utilise l’ETA/Valjoux 7750 comme mouvement de base, ce qui est gravé sur la plaque du mouvement.

Un mouvement exclusif derrière un verre saphir dans un boîtier de manufacture
Les connaisseurs qui jettent un coup d’œil à travers la vitre saphir transparente du fond vissé entièrement fileté du boîtier en acier inoxydable de 41,5 mm de SUG, basé à Glashütte, peuvent admirer les sept piliers de la roue à colonnes bleuie du chronographe, mais le mécanisme de rattrapante reste hors de vue. Ce mouvement est doté d’un balancier Glucydur, de vis bleuies et de divers motifs d’embellissement. Nous avons mesuré un gain quotidien de 3,5 secondes au poignet et entre 4 et 5 secondes sur notre chronomètre. La cadence est également restée stable lorsque la fonction chronographe était activée. Nous avons observé un comportement de la cadence tout aussi stable au poignet.

Les fonctions chronographiques de la 910 Anniversary sont contrôlées par trois poussoirs qui ressemblent un peu à des champignons ou à des chapeaux haut-de-forme renversés. Le troisième de ces poussoirs est situé à environ 8 heures, ce qui est une position inhabituelle pour le déclencheur de la fonction de rattrapante. La plupart des fabricants de chronographes à rattrapante placent ce bouton soit à 10 heures soit dans la couronne, par exemple, Habring2 opte pour la 10 et Montblanc pour la couronne. Comme pour l’utilisation d’un chronographe ordinaire, une pression sur le bouton du 2 déclenche la course des deux aiguilles des secondes écoulées. Mais il est également possible de laisser la seconde aiguille de stop-seconde en position zéro en appuyant sur le bouton du 8 avant de lancer le chronographe. Si vous appuyez à nouveau sur ce bouton, l’aiguille stop-seconde immobile saute alors après sa jumelle en mouvement.

Une pression sur le bouton du 2 déclenche l’arrêt de l’aiguille de rattrapage qui se déplace de manière synchrone, mais cela n’interrompt pas le mouvement continu dans le sens horaire de sa compagne. Les commandes de démarrage, d’arrêt et de rattrapage peuvent être variées et répétées aussi souvent que souhaité. Toutes les commandes sont déclenchées en douceur et obéissent précisément. Seul le bouton de remise à zéro situé à la position 4 offre un peu plus de résistance, mais ce n’est pas un problème. L’aiguille centrale des secondes écoulées du chronographe et son aiguille des minutes écoulées sur le sous-cadran du 3 sont colorées en rouge. Cela permet de distinguer facilement les aiguilles ordinaires du temps écoulé de la fonction supplémentaire de rattrapante. Un trait d’index rouge pour la première minute écoulée sur le sous-cadran indique que la fonction rattrapante n’est pertinente que dans un intervalle de 60 secondes. Cela signifie que les temps intermédiaires arrêtés peuvent être différenciés les uns des autres en secondes et fractions de secondes.

Les aiguilles de stop-seconde en filigrane, ainsi que les deux échelles tachymétriques sur un anneau assez large le long de la périphérie du cadran, confèrent au visage de cette montre un caractère instrumental et soulignent l’une des principales applications d’un chronographe à rattrapante, à savoir la mesure de la vitesse, par exemple lors de rallyes de voitures anciennes comme ceux auxquels Sinn participe occasionnellement avec ses propres équipes. La seconde des deux échelles tachymétriques peut également être utilisée pour mesurer les vitesses, mais elle est calibrée pour des vitesses plus lentes, jusqu’à 30 kilomètres par heure. Comme il sied à une montre Sinn, les calibrages des secondes écoulées ordinaires sont absolument corrects : trois courts coups intermédiaires entre chaque paire d’index plus longs correspondent parfaitement à la fréquence de 4 Hz du balancier. De plus, les deux aiguilles des secondes écoulées s’étendent exactement jusqu’à l’extrémité extérieure de ces index minces. L’aiguille des minutes de l’heure principale, tout aussi mince, porte une pointe très fine, qui est précisément assez longue pour atteindre les extrémités extérieures des index des heures appliqués en noir et donc aussi les extrémités extérieures des traits imprimés sur l’échelle des secondes. Les échelles finement calibrées, l’ensemble des aiguilles en forme d’aiguille et le ton beige du cadran soulignent le look rétro de ce garde-temps délibérément choisi par le fabricant.

Un chronomètre rétro avec un bon rapport qualité-prix
Enfin, le bracelet en cuir marron clair ajoute au charme désuet de cette montre-bracelet. Rembourré à l’intérieur, doté de surpiqûres cousues à la main de couleurs contrastées et se terminant par une boucle à ardillon, le bracelet porte de manière fiable ce chronographe à rattrapante au poignet de son porteur. La montre est également livrée avec un bracelet solide en acier inoxydable, ce qui renforce encore le rapport qualité-prix imbattable de ce modèle.

SPECS :


Fabricant : Sinn Spezialuhren GmbH, Wilhelm-Fay-Strasse 21, 65936 Frankfurt am Main, Allemagne
Numéro de référence : 910
Fonctions : Heures, minutes, sous-cadran pour l’aiguille des secondes en continu, chronographe à rattrapante (aiguille centrale des secondes écoulées jusqu’à 30 minutes écoulées, aiguille centrale à rattrapante), double échelle tachymétrique.
Mouvement : ETA/Valjoux 7750, automatique, modifié et équipé d’une roue à colonnes par La Joux-Perret (8602-1), 28’800 A/h, 31 rubis, balancier Glucydur, spiral Nivarox, réglage fin par index Bipartite, amortissement Nivarox, réserve de marche de 55 heures, diamètre = 30.4 mm, hauteur = 8.40 mm
Boîtier : Acier inoxydable avec verre saphir au-dessus du cadran traité anti-reflets des deux côtés, fond en verre saphir traité anti-reflets sur sa surface intérieure, étanche à 100 mètres
Bracelet et fermoir : Bracelet en cuir avec boucle à ardillon et bracelet massif en acier inoxydable
Résultats de la cadence (écart en secondes par 24 heures, remontée complète/après 24 heures) :
Au poignet +3,5
Cadran en haut +6,7 / +4,0
Cadran vers le bas +6,0 / +5,1
Couronne haute +2,6 / +2,6
Couronne basse +5,9 / +5,7
Couronne gauche +4,5 / +3,5
Plus grand écart 4,1 / 3,1
Déviation moyenne +5,1 / +4,2
Amplitude moyenne :
Positions plates 337° / 308°
Positions suspendues 310° / 275°
Dimensions : Diamètre = 41,48 mm, largeur des cornes = 22 mm, hauteur = 15,59 mm, poids = 110,0 grammes
Edition limitée à 300 pièces
Prix : 6 330