26 mai 2022

Rolex s’aventure sur le territoire bicolore avec un nouvel Explorer 36 mm en rolesor jaune

Lors de son apparition inaugurale à l’exposition virtuelle Watches & Wonders de cette semaine, Rolex a puisé dans son riche passé pour présenter une nouvelle version de sa légendaire Oyster Perpetual Explorer – aux mêmes dimensions modestes par rapport aux normes modernes que le modèle original des années 1950 et équipée du boîtier et du bracelet Rolesor bicolore en acier et or de la marque.


Lancée en 1953, l’Explorer était positionnée comme la montre de Rolex pour les alpinistes et autres aventuriers qui défiaient « les frontières extrêmes de l’exploration » – parmi eux Sir Edmund Hillary et Tenzing Norgay, qui portaient la montre lors de leur ascension historique du sommet du Mont Everest en mai de cette année-là. La dernière mise à jour de l’Explorer (qui a précédé le modèle Explorer II équipé de la fonction GMT, lancé en 1971 et qui fait également peau neuve cette année) remonte à 2016, année pour laquelle Rolex a ajouté un mouvement plus moderne et amélioré ainsi que sa substance lumineuse exclusive Chromalight pour une meilleure visibilité du cadran dans l’obscurité. Le modèle de cette année présente non seulement un boîtier de 36 mm plus mince (3 mm de moins que les modèles les plus récents, et fidèle aux dimensions du classique vintage), mais aussi une autre mise à niveau du côté du mouvement, au Calibre 3230 introduit dans la Submariner nouvelle génération de l’année dernière.

Les mises à jour les plus notables se trouvent, bien entendu, à l’extérieur de la montre. Son boîtier rond Oyster (étanche à 100 mètres, ou 330 pieds) combine une lunette en or jaune 18k avec un boîtier monobloc en « Oystersteel » (un alliage particulièrement résistant à la corrosion), et un bracelet Oyster à trois maillons avec des maillons centraux en or jaune et des maillons latéraux en Oystersteel. Rolex appelle cette construction bi-matière  » Rolesor « , et l’a utilisée sur plusieurs modèles ces dernières années, notamment la version 2019 de la Sea-Dweller. Le cadran noir classique, avec le poinçon, les chiffres des heures en or appliqués à 3, 6 et 9 heures, est maintenant laqué. Les aiguilles et les marqueurs, comme sur le modèle 2016 plus grand, sont traités avec du Chromalight, un matériau luminescent exclusif et durable qui brille d’un bleu vif dans l’obscurité et présente une teinte blanche éclatante à la lumière du jour.

Derrière un fond de boîtier cannelé et hermétiquement fermé, dont l’accès est réservé aux horlogers Rolex munis d’un outil spécial, bat le calibre automatique 3230. Parmi ses nombreux attributs techniques, citons l’échappement Chronergy à haut rendement breveté par Rolex, fabriqué en phosphore de nickel pour offrir une protection optimale contre les champs magnétiques ; un ressort parachromatique antimagnétique qui est (selon Rolex) 10 fois plus précis qu’un ressort traditionnel en cas de chocs ; un oscillateur monté sur des amortisseurs Paraflex brevetés par Rolex, et une réserve de marche de 70 heures alimentée par un rotor à remontage automatique « Perpetual ». Pour mériter sa désignation interne de « Chronomètre superlatif », la montre respecte les tolérances de cadence de `2/+2 secondes par jour, les meilleures de l’industrie.

L’Explorer en Rolesor jaune est étanche grâce à une couronne de remontage Twinlock vissée et se fixe au poignet à l’aide de la boucle déployante de sécurité Oysterlock, dotée d’une extension confort Easylink qui permet d’augmenter facilement la longueur du bracelet d’environ 5 mm. Le prix est de 10 800€.