L’avocat de Trump dénonce le juge qui a approuvé le mandat de perquisition du Mar-a-Lago pour l’affaire Clinton

Un avocat de l’ancien président Trump a interpellé le juge qui a signé le mandat de perquisition de son complexe de Mar-a-Lago – exigeant de savoir pourquoi le même juge s’est récusé dans une affaire concernant Hillary Clinton en juin.

“Ils avaient besoin d’un peu de drame, alors ils lancent ça. Ils s’adressent au juge qui s’était récusé dans mon affaire Hillary il y a un mois”, a déclaré Alina Habba lors d’une apparition sur Fox News vendredi soir. “Je voudrais savoir pourquoi il s’est récusé dans cette affaire, mais ensuite il a pu signer ce mandat. Je veux le savoir.”

M. Trump poursuit Mme Clinton et d’autres démocrates de premier plan pour leur rôle dans la promotion de ce qu’il appelle des affirmations erronées sur la collusion de M. Trump avec la Russie. Le juge Bruce W. Reinhart s’est récusé dans cette affaire, six semaines seulement avant de donner le feu vert à la descente du FBI au domicile de Trump.

Les agents du FBI qui ont fouillé lundi le domicile de l’ancien président Donald Trump à Mar-a-Lago ont retiré 11 séries de documents classifiés, dont certains marqués top secret et censés n’être disponibles que dans des installations gouvernementales spéciales, selon un mandat de perquisition publié vendredi par un tribunal de Floride.

Avocat de Trump

Les agents du Federal Bureau of Investigation ont emporté une vingtaine de boîtes d’objets, des classeurs de photos, une note manuscrite et l’octroi de la clémence à l’allié de M. Trump, Roger Stone, selon la liste des objets retirés de la propriété. La liste comprend également des informations sur le “président de la France”, selon la liste de trois pages. La liste est contenue dans un document de sept pages qui comprend également le mandat de perquisition des locaux qui a été accordé par un juge fédéral de Floride.

La liste fait référence à un ensemble de documents portant la mention “Divers documents classifiés/TS/SCI”, une abréviation qui fait référence à des informations top secrètes/sensibles compartimentées. Elle indique également que les agents ont recueilli quatre séries de documents top secrets, trois séries de documents secrets et trois séries de documents confidentiels. La liste ne fournit pas plus de détails sur la substance des documents.

Les soupçons de l’ancien Président des Etats Unis

Les avocats de M. Trump soutiennent que l’ancien président a utilisé son autorité pour déclassifier les documents avant de quitter son poste. Bien qu’un président ait le pouvoir de déclassifier des documents, il existe des réglementations fédérales qui définissent un processus pour le faire.

Donald Trump soupcçonné

“Ils auraient pu l’avoir quand ils le voulaient – et cela inclut il y a longtemps. Tout ce qu’ils avaient à faire était de demander”, a déclaré M. Trump dans une déclaration publiée vendredi.

Vendredi après-midi, le juge d’instance américain Bruce Reinhart a rendu une ordonnance rendant le mandat et la liste d’inventaire publics, après que le ministère de la Justice ait déclaré dans un document judiciaire que les avocats de M. Trump avaient dit aux procureurs fédéraux qu’ils ne s’opposaient pas à la demande du gouvernement de rendre ces informations publiques.

Le mandat de perquisition et de saisie, signé par le juge Reinhart, montre que les agents du FBI ont cherché à fouiller “le bureau 45”, ainsi que “toutes les salles de stockage et toutes les autres pièces ou zones dans les locaux utilisés ou disponibles pour être utilisés par [l’ancien président] et son personnel et dans lesquels des boîtes ou des documents pourraient être stockés, y compris toutes les structures ou bâtiments sur la propriété”.

Ils n’ont pas cherché à avoir accès aux chambres d’hôtes privées, comme celles des membres de Mar-a-Lago, selon le document.

Fouille de sa maison de luxe

L’ancien président et son équipe ne disposent pas de l’affidavit, qui fournirait plus de détails sur l’enquête du FBI, selon des personnes familières avec le processus. Une déclaration sous serment expliquerait quelles preuves, y compris les témoins, le gouvernement a recueillies et décrirait pourquoi les enquêteurs pensent qu’un crime a pu être commis. Les avocats de M. Trump ont demandé un compte rendu plus précis de ce qui a été retiré de Mar-a-Lago.

Maison de Trump

La divulgation du mandat et de l’inventaire marque le point culminant d’une semaine extraordinaire, qui a commencé vendredi dernier à 12 h 12, lorsque le juge a signé le mandat sans précédent de perquisition du domicile d’un ancien président. Trois jours plus tard, à 18 h 19, une avocate de M. Trump, Christina Bobb, a signé un reçu pour les objets que le FBI a pris ce jour-là.

Pour le ministère de la Justice, la perquisition était le résultat d’un effort de plusieurs mois pour obtenir les documents classifiés restant en possession de M. Trump après au moins deux tentatives antérieures. Au départ, le ministère était principalement intéressé par la sécurisation des documents, mais il a poursuivi une enquête criminelle lorsqu’il a commencé à douter de la franchise de l’équipe de M. Trump concernant les documents encore en sa possession, selon des personnes au fait de l’affaire.

Pour les alliés de M. Trump, la perquisition était une approche brutale pour obtenir des documents que, selon eux, M. Trump était prêt à rendre et était en train de négocier la restitution.

Un dossier sur Emmanuel Macron, président Français

Il a été trouvé dans les affaires de Donald Trump un dossier ultra confidentiel nommé “Emmanuel Macron”, que contient il ? Impossible de le savoir à l’heure d’aujourd’hui.

Il n’est pas clair comment l’enquête peut progresser et si les procureurs envisagent de porter des accusations contre M. Trump ou d’autres personnes en rapport avec l’enquête maintenant que les documents ont été récupérés.

Le représentant Markwayne Mullin (R., Okla) – qui siège à la commission du renseignement de la Chambre des représentants et qui a mis en doute la nécessité de la perquisition par des agents fédéraux – a déclaré que le procureur général Merrick Garland devrait informer la commission du renseignement. “C’est un seuil élevé pour dire qu’il s’agissait d’une menace immédiate pour la sécurité nationale, si ce n’était pas le cas, je pense qu’il y a beaucoup de questions auxquelles il faut répondre”, a-t-il déclaré.

Le mandat indique que les enquêteurs recherchent tous les documents qui pourraient constituer une preuve de violation des lois régissant la collecte, la transmission ou la perte d’informations classifiées, le retrait de documents officiels du gouvernement et la destruction de documents dans le cadre d’une enquête fédérale.

Bien qu’il y ait de nombreux rivaux pour ce titre, la perquisition du FBI à Mar-a-Lago cette semaine, l’apparente mauvaise manipulation d’informations classifiées qui y a conduit et les retombées politiques qui en découlent sont proches du scandale paradigmatique de Donald Trump.

L’histoire est à la fois totalement nouvelle et inattendue et pourtant tout à fait en phase avec tout ce que nous savons et avons vu de Trump. Tant M. Trump que ses opposants les plus acharnés ont fait remarquer que la perquisition du domicile d’un ancien président était sans précédent – M. Trump a prétendu qu’elle était injuste, ses détracteurs ont souligné ses méfaits – mais elle partage trois caractéristiques importantes avec les scandales précédents de M. Trump. Premièrement, Trump est singulièrement terrible pour garder des secrets. Deuxièmement, Trump dit toujours que ce que les démocrates, en particulier Barack Obama, ont fait était pire ou a causé le problème. Troisièmement, il y a toujours plus de développements à venir, et cela s’aggrave toujours.

Leave a Reply

Your email address will not be published.