Mark Van Ranst révèle enfin pourquoi la variante omicron provoque moins de formes graves

variant omicron france


La variante Omicron fait depuis longtemps l’actualité suite aux différentes recherches menées à son sujet. Avec ses caractéristiques spécifiques, il est moins dangereux qu’on ne le pensait. Et le virologue Mark Van Ranst nous explique pourquoi !


La crise sanitaire liée à l’apparition de ce nouveau virus ne cesse de faire parler de lui. Outre les différents avis des professeurs sur la continuité de cette crise, et les différentes stratégies appliquées, certaines formes font l’actualité. En d’autres termes, on retrouve récemment la variante Omicron, qui est également très présente dans les cas quotidiens. Pour cela, il faut savoir que cette dernière réserve encore des surprises, comme le précise Mark Van Ranst !

Une crise sanitaire qui n’en finit pas ?

omicron

Depuis près de deux ans, nous vivons au quotidien avec ce nouveau virus. Apparu au début de l’année 2020, ce virus est venu perturber notre quotidien et il ne s’arrête plus. En effet, il est apparu pour la première fois en Chine, dans la province de Wuhan. Province qui a immédiatement pris des mesures pour contrer l’épidémie. Cependant, elle s’est transformée en pandémie. Cela signifie qu’elle est devenue mondiale au fil des semaines et des mois qui ont suivi son apparition. Face à l’explosion des cas, plusieurs mesures ont été prises en France et dans d’autres pays d’Europe et du monde.


Ainsi, nous nous sommes retrouvés confinés et soumis à plusieurs mesures de prévention, comme le port du masque ou le lavage des mains et la distanciation sociale. Cependant, la pandémie ne cesse de progresser et de régresser, ce qui amène le gouvernement à prendre des mesures temporaires. Récemment, la variante Omicron est apparue, représentant un nouveau danger pour tous. A la fois menaçante dans ses effets et sa transmission, elle a souvent été controversée. Le virologue Mark Van Ranst explique pourquoi cette variante pourrait être moins dangereuse qu’on ne le pensait.

Nouvelles informations sur la variante Omicron !

omicron variant

Chaque semaine, et plus précisément chaque jour, plusieurs informations sortent sur ce nouveau variant. En effet, elle a été découverte assez récemment, et plusieurs éléments restent encore à découvrir concernant la variante Omicron.
Dérivé du virus original, ce variant est désormais présent dans la grande majorité des contaminations. Ainsi, à Paris, 2% des Parisiens sont infectés par ce virus. Et en Belgique, 60% des cas sont concernés par la variante Omicron. Une véritable vague de menaces qui arrive dans notre quotidien et qui devrait également atteindre son apogée en France.

Ainsi, cela se traduit par la diminution de la variante Delta, qui laisse augmenter les contaminations de la variante Omicron. Le virologue Mark Van Ranst explique également : “C’est également le cas dans d’autres pays où l’omicron a été découvert. Cela donne parfois une image déformée des hospitalisations, car les jeunes sont moins susceptibles de présenter des formes graves du coronavirus. Il faut attendre de voir ce que cela va donner chez les personnes âgées, qui sont, dans notre pays, bien protégées par un rappel”. Il faut savoir que les sujets jeunes ont moins tendance à faire des formes graves. Cela est dû à leur système immunitaire qui est plus performant que le reste. Cependant, il faut savoir que les jeunes peuvent aussi développer des formes graves de la variante Omicron et du virus en général. Cela est dû à la non-vaccination et aux maladies déjà présentes qui réduisent les performances du système immunitaire.

Une forme moins violente du virus pour la variante Omicron ?

variant omicron france


Il semble que la variante Omicron soit également moins virulente et moins dangereuse qu’on pourrait le penser. Selon le virologue Mark Van Ranst, cette variante serait moins dangereuse pour les raisons suivantes : “Une partie de l’explication réside dans le fait que nous avons déjà construit une certaine immunité, soit par une infection passée, soit par la vaccination et les rappels”.

Il poursuit en expliquant la deuxième raison : “Une deuxième raison est que la variante omicron va plus souvent s’installer dans les récepteurs qui se trouvent dans la partie supérieure des voies respiratoires, alors que la variante delta et les autres variantes occupent la partie inférieure des voies respiratoires, au fond des poumons”. En d’autres termes, cette variante, lorsqu’elle est attrapée, ressemble beaucoup plus à un rhume. Et moins comme les formes traditionnelles du virus que nous connaissons.