Olivier Véran tire la sonnette d’alarme : “On dirait le début d’une 5e vague”

veran olivier


Cela faisait longtemps qu’Olivier Véran n’avait pas été aussi pessimiste. Alors qu’Emmanuel Macron vient de nous donner de nouvelles consignes sanitaires, son ministre de la Santé est formel. Nous courons à la catastrophe !


Depuis qu’il est là, Olivier Véran a vu beaucoup de choses. A l’approche de l’hiver, il craint fortement une cinquième vague !

Olivier Véran en alerte maximale !

veran olivier


Après deux années de cauchemar, tout le monde pensait que la crise sanitaire était derrière nous. Malheureusement, ce n’est pas vraiment le cas. Certes, il y a quelques éclaircies. Soyons réalistes. Le retour à la vie normale n’est pas pour demain. Plus que jamais, les autorités vantent les mérites du vaccin. Lui seul serait capable d’enrayer la pandémie. Malheureusement, le débat sur les doses ou la composition de ce dernier est controversé. Obligé de sévir, Olivier Véran décrie le personnel soignant et cet élu qui ose résister. Après une campagne d’information massive, la France obtient un bon résultat pour les deux premières injections. Malheureusement, la troisième semble effrayer les Français. À tel point que les chiffres augmentent. Oui, encore. Sommes-nous de retour à la case départ ? Génération 2 vous donne la réponse tout de suite !

Tout sur les annonces du président

véran


Juste après le discours du chef de l’État, la ministre de la Santé tient à apporter un complément d’information. En effet, personne n’a compris la prolongation du pass santé jusqu’à l’été prochain. Concernant sa mise à jour avec une troisième injection, si cela ne se fait pas dans les règles, une frange de la population pourrait bientôt perdre le fruit de ses efforts. Il s’agit des personnes âgées de plus de 75 ans. Les experts ont toujours considéré que ce groupe était le plus susceptible de contracter la maladie et de développer une forme grave. Quant aux 50-65 ans, ils doivent s’informer et prendre rendez-vous au plus vite dans le centre le plus proche de leur domicile. Si vous avez encore 49 ans, vous n’êtes pas concerné… pour l’instant !


En ce qui concerne les jeunes adolescents, c’est-à-dire les moins de 12 ans, la question est très controversée. Dans des pays comme Israël ou les Etats-Unis, les autorités sanitaires sont formelles au moins sur un point. La vaccination de masse est nécessaire pour obtenir une immunité de groupe. En France, on préfère jouer la carte de la sécurité. On a déjà vu par le passé qu’imposer le vaccin ne sert à rien, sauf à mettre les gens en colère. De plus, parmi les enfants victimes du Covid-19, il y a plus souvent des cas asymptomatiques que des visites aux soins intensifs.

5ème vague, êtes-vous là ?

ministre de la santé france


De nombreuses études ont été commandées. Chez Génération 2, on a hâte de voir ce que les scientifiques vont trouver. A quelques mois de l’élection présidentielle, nul doute que les candidats vont s’engouffrer dans cette brèche. Qui a la solution pour éviter une cinquième vague ? Qu’ils le disent maintenant ou qu’ils se taisent à jamais ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Olivier Véran est tout sauf optimiste !


Invité au journal télévisé de Gilles Bouleau, Olivier Véran ne prend pas de pincettes. Il n’aime pas ménager les esprits. Il sait bien qu’en minimisant la situation, on pourra toujours lui reprocher plus tard. Alors il a décidé de comparer avec les autres pays de l’Union européenne. Son constat est sans appel. “Manifestement, beaucoup de nos voisins sont dans une cinquième vague, qui peut parfois être plus dure que les précédentes” ! Quand on pense que l’année dernière, nous étions en plein milieu d’un deuxième endiguement. A l’époque, c’était la variante britannique qui suscitait l’inquiétude. Aujourd’hui, c’est une version de Delta qui sème la panique. En Allemagne, les chiffres explosent.


Le présentateur de TF1 pose la question que tout le monde murmure. Sera-t-il possible de passer entre les mailles du filet cette fois-ci ? Olivier Véran ne répond pas vraiment. En fait, il estime que les Français ont les cartes en main. Ils peuvent soit décider de suivre les recommandations de la ministre pour se faire vacciner, avec une première dose ou un rappel. Soit, ils laissent tout tomber et le risque est grand de repartir dans un cauchemar éveillé. Et ça, vu le traumatisme des entreprises comme des mères de famille, nous ne souhaitons pas vraiment revivre l’enfer des enfermements et des couvre-feux !