Lien vers « Hommage à Pierre BATAILLE ».

LA MÉMOIRE VIVE (nouvelle édition).
Mémoire Vive (FR) Cette nouvelle édition, fidèle à l'ouvrage original, est désormais enrichie par de très nombreuses photos, pour la plupart en couleur, reflet des matériels, des chantiers et des hommes qui ont vécu l'aventure Poclain.
Pour acquérir cet ouvrage, rendez-vous sur le site de la fondation des Anciens de Poclain , rubrique « Boutique ».
SOMMAIRE
La lettre d'informations.
À vos agendas !
Permanence du jeudi.
Le repas de printemps.
L'Assemblée Générale. (1er samedi d'octobre)
Voyage.
Intermat.
Inter Poclain en CD-Rom.
DVD du film du 80e anniversaire.
Modèles réduits.
Les administrateurs.
Le bureau.
Cotisations.
Les Statuts.
  1. LA LETTRE D'INFORMATION
    Lettre n° 137 Mai - Juin 2018

    La « Lettre d'information n° 137  », est téléchargeable au format PDF.
    Libre à vous de l'imprimer, de l'enregistrer dans un dossier, ou de la lire seulement.
    Adressez-nous des informations que nous éditerons lors de la prochaine édition.

    Pour télécharger la Lettre cliquez sur l'image ci-contre.

    Pour consulter les archives des Lettres précédentes cliquez ici.

    N'OUBLIER PAS : Vous pouvez acquérir, aux conditions précisées dans la lettre d'information n° 101, le CD regroupant, au format pdf, les cents premiers numéros.
    Haut de page.

  2. À VOS AGENDAS !
    • Le conseil d'administration siègera : les jeudis 8 mars, 5 avril, 3 mai, 7 juin, à 10 h 00, au 14 rue du Vert Buisson.
    Haut de page.

  3. PERMANENCE DU LUNDI
    Une permanance à notre bureau de l'E.G.B. ou au siège de la fondation est assurée chaque lundi par Gérard BLIN et Philippe FRITZ. Venez leur rendre visite, plus particulièrement vers midi moins le kir, vous y retrouverez également d'autres amis.
    Appelez Gérard au 06 19 92 20 62 pour vous assurez qu'il y aura quelqu'un pour vous accueillir.
    ATTENTION : Aucune permanence assurée en juillet et en août.
    Haut de page.

  4. REPAS DE PRINTEMPS
    Le repas de printemps est fixé au samedi 24 mars 2018.
    Au programme : la visite de la Brasserie Artisanal de Meaux (77) et le déjeuner, dansant avec spectacle au cabaret l'Ermitage à Chalifert (77).
    Pour en savoir plus, reportez-vous à la Lettre d'Information n° 135.
    Haut de page.

  5. L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 30 SEPTEMBRE 2017
    Ce samedi premier octobre, on s’agite dans le hall d’E.G.B. Arrivant de près ou de loin, les participants commencent par émarger la feuille des présences, puis ils se retrouvent devant le buffet et prennent l’un un café, l’autre un thé, un autre encore un jus de fruits et l’accompagne d’une viennoiserie.
    Pendant ce temps les animateurs de la matinée mettent en place la sonorisation, la vidéo et peaufinent leurs présentations.
    À 9 h 15, tout est prêt et le signal est donné pour que chacun gagne la salle de conférences...
    La Lettre d'Information n° 133 vous relate, dans le détail, cette journée.
    Haut de page.

  6. DÉCOUVERTE DE LA CHAMPAGNE (2015)


    Aujourd’hui, tous les participants vous diront que c’est un des voyages qu’ils ont le plus apprécié de par la diversité mais surtout l’intérêt des thèmes choisis. Nous n'arborderons pas le sujet des restaurants, ni même des menus, car rares sont ceux qui ont pu terminer leurs assiettes et tous déclaraient vouloir se mettre au régime dès leur retour.

    Mercredi 27 mai.
    C'est au Golden Tulip de Barberey Saint-Sulpice, banlieu de Troyes, que les participants se sont retrouvés. Pour passer le temps, chacun fait la causette dans le salon de l'hôtel tout en prenant, pour certain, un petit rafraîchissement avant le cocktail de bienvenue qui précédera le dîner.
    Philippe a préparé un dépliant de poche que le président distribua, à l'issue de son intervention, à chaque couple afin que chacun soit informé du déroulement du programme du séjour. Le dîner pris, chacun regagne sa chambre.

    Jeudi 28 mai.
    Ce matin nous devons nous lever tôt puisque le départ est fixé à 8 h. Nous prenons le petit déjeuner et aucun retardataire n'entrave le bon déroulement de ce début de journée. Notre chauffeur Olivier, un homme très sympathique, nous emmène à Bayel visiter la cristallerie royale fondée par Louis XIV. C'est l'une des plus importantes manufactures françaises de cristal soufflé à la bouche. Elle est l'héritière d'un savoir-faire parmi les plus riches et raffinés où la main de l'homme est souveraine. Soufflage à la bouche, taille à la main, gravure au sable, satinage, dorure, dépôt de platine, émaillage... sont autant d'hommages aux métiers du feu. Les ateliers sont anciens, les fours n'ont pas évolués. Les pièces, qui sont de véritables oeuvres d'art, sont fabriquées, pour la majorité, sur commande des grandes entreprises de luxe. À la fin de la visite, passage à la boutique, qui a une vue sur l'ensemble de l'atelier, pour ramener un petit souvenir . à noter que les photos n'étaient pas permises, secret de création oblige.

    Puis nous reprendrons la route car nous sommes attendus à Clairvaux, dans l’enceinte de l’abbaye, plus exactement au Lavoir des Moines pour le déjeuner. Là encore les photos sont interdites, les portables doivent être coupés, de toute façon le réseau n'est pas capté, et nous devrons laisser en dépôt nos cartes d’identité en échange d’un badge de circulation.
    Dans ces conditions, le repas fut pris, toutes les portes fermées à double tour. Nous étions « prisonnier»  dans le réfectoire. Nous avons dû attendre l'arrivée de la conférencière pour être libéré. Elle nous fit visiter l’intérieur des bâtiments de l’ancienne centrale. C’est quelque chose de prenant que de découvrir les conditions dans lesquelles étaient gardés les prisonniers, particulièrement ceux qui avaient eu la malchance de devoir intégrer les « cages à poules ».
    C’est au Val d’absinthe qu’un jeune père abbé, le futur Bernard de Clairvaux et quelques moines venus de Citeaux, vinrent défricher, il y a plus de huit siècles, une clairière de terre aride au cœur de la vieille forêt gauloise qui couvre les collines et les vallées des confins de la Champagne et de la Bourgogne. Cette terre de silence et de pauvreté va devenir, pour la postérité, la grande abbaye de la « Claire Vallée », clara Vallis, plantée de vignes et animée de granges, de forges et de moulins.
    Haut lieu de l’histoire religieuse, forte de centaines de filiations à travers l’Europe, définitivement imprégnée de la spiritualité cistercienne, Clairvaux restera une abbaye puissante jusqu’à la révolution qui la confisque et la vend à un industriel.
    En 1808, Napoléon modifie le régime pénal français et institue la peine de privation de liberté. Il rachète Clairvaux pour en faire la plus grande prison de son temps. Les vénérables murs de l’abbaye abriteront des détenus jusqu’en 1970.
    Aujourd’hui, Clairvaux reste une prison, au cœur de l’ancienne enceinte monastique mais dans des bâtiments plus modernes.

    Nous reprenons la route en direction de Magnant pour le dîner. Comme nous avions un peu d’avance sur l’horaire fixé, nous nous sommes arrêtés à Bar-sur-Aube pour une visite libre de deux heures.
    Ville d'histoire, Bar-sur-aube, invite à la visite de quelques-uns de ses plus beaux édifices. Nous avons ainsi découvert l'église Saint-Pierre (XIIe siècle) et son halloy ; en face, la façade de la médiathèque albert Gabriel installée dans l'hôtel des comtes de Brienne (XVIe - XVIIIe siècle). Une rue plus loin, nous apprécions l'architecture de l'hôtel de ville, ancien couvent des Ursulines (1634) et sa place en damiers. L'église Saint-Maclou, ancienne chapelle du château des comtes de Champagne dont il reste le donjon (XIIe siècle), ne manque pas d'attrait mais son état de délabrement suppose une mise en sécurité fort coûteuse.

    C’est après que nous repartons en direction du restaurant du Val Moret où le chef Julien Lassère, aux talents reconnus et appréciés, nous reçoit dans un cadre magnifique pour un dîner très raffiné.
    Créé de toutes pièces en 1991, le Val Moret est le fruit de l’imagination et du rêve de Thérèse et Jean-Claude Marisy, agriculteurs-éleveurs de métier à Magnant. Y investissant toute la famille, la règle d’or de cette maison est d’apporter la qualité tant au niveau des mets que du confort de l’hôtel. Le Val Moret a été l’un des premiers restaurants à obtenir le label « Maître Restaurateur » en 2008, le seul label dans la restauration, reconnu par l’État qui récompense l’excellence des meilleurs professionnels de la restauration traditionnelle.

    Il se fait tard et nous sommes à une heure de route de notre hôtel. Nous aurons tout juste le temps de rentrer avant qu’Olivier, notre chauffeur, ne soit plus autorisé à conduire (question d’horaire).

    Vendredi 29 mai
    Le ciel est couvert. Nous avons pu dormir une heure de plus puisque le car vient nous prendre à 9 h. Il nous déposera sur la place de l’hôtel de ville de Troyes puisque nous avons rendez-vous, devant l'offisme de tourisme, avec deux conférencières pour la visite du centre historique. Une promenade pleine de découvertes d’une ville au passé très riche. Nous admirons de très anciennes bâtisses à colombages qui, pour certaines, sont bien restaurées. Nous sommes surpris de voir que, pour ce qui concerne les façades, des programmes de construction suivent le même modèle.
    La perle : l’église Sainte-Madeleine. Sur son côté droit, l'ancien cimetière, devenu aujourd'hui le jardin des Innocents, composé de fleurs blanches. À l'intérieur, un magnifique jubé. C'est l'une des rares églises de France à avoir conservé son jubé Renaissance, dentelle de pierre due au sculpteur Jehan Gailde.
    En fin de visite, la pluie se met de la partie. Nous regagnons la place de l'hôtel de ville où le car nous reprend.

    Direction Le Mesnil Saint-Père, sur le bord du lac de la forêt d’Orient, pour un déjeuner à bord du « Bateau Ivre ». Durant le repas, nous ferons le tour du lac tout en apprenant son histoire narrée par le capitaine. La pluie a cessé, le vent est toujours présent et il ne fait pas très chaud au bord de l’eau.

    Au débarquement, nous reprenons le car à destination de Fontette pour la visite des caves de la SCA Champagne Charles Collin. C’est Philippe, un œnologue, qui nous fait un cours magistral devant les vignes sur le travail de celles-ci et dans la cave où nous découvrirons la cuverie. Nous apprendrons, que le vin blanc de champagne est fait à partir de raisins rouges, que les pressoirs à vis sont remplacés par des pressoirs pneumatiques, ce qui permet un contrôle rigoureux du pressage, que le jus est réceptionné dans des cuves différentes suivant qu'il s'agit du jus de début, de mileu ou de fin de pressage, ce qui différenciera la qualité du vin. Le plus mauvais jus devra oligatoirement être donné à l'État qui le distillera.

    Nous voici en route pour la dernière étape de ce voyage qui va nous conduire vers Les Riceys, village de vignobles formé de trois bourgs. La cité possède donc trois églises renaissance, autrefois liées à trois évêchés différents de Champagne et de Bourgogne. Il y a Ricey Bas, Ricey Haute rive et Ricey Haut qui s’échelonnent dans la vallée viticole de la Laigne.
    Les Riceys est un village de caractère situé en Champagne au cœur de la Côte des bars. Elle est la seule commune viticole de Champagne à posséder trois AOC champenoise : Champagne - Côteaux Champenois et Rosé des Riceys.
    Nous aurons le plaisir de déguster ce rosé lors de notre dernier dîner au restaurant Le Marius. Cette fois encore nous serons pris par le temps de conduite d’Olivier, notre chauffeur, car nous serions bien restés quelque temps de plus mais tout a une fin, même les bonnes choses.

    Samedi 24 mai.
    Après une bonne nuit réparatrice, chacun se retrouve pour un dernier petit-déjeuner, regrettant de devoir bientôt se quitter. La prestation se termine, beaucoup de participants prendront la route du retour, d'autres joueront les prolongations, mais chacun se promet de se retrouver au prochain voyage, en 2016.

    Haut de page.

  7. INTERMAT 2015


    INTERMAT 2015 ! Imaginez une surface rectangulaire de 425 m2 sur laquelle sont disposées quatre pelles : la 400 CK et une 90 CKB d'Éric Moutot, la 60 P4A de P. Bastet et la TY 45 de la fondation. Près de chacune des machines, un triptyque indique, outre ses principales caractéristiques, le cheminement de sa phase de restauration en quelques photos. Les visiteurs pourront ainsi se faire une idée de la volonté mais aussi de la somme de travail investie par ces volontaires qui ont choisi de redonner vie à des matériels sans doute voués à être ferraillés.
    Début des festivités le lundi 20 avril à 9 h et cela durera jusqu'au samedi 25 avril à 18 h. Même si les statistiques officielles annoncent une fréquentation inférieure de 30 % par rapport à la précédente édition, en ce qui nous concerne nous n’avons pas eu ce même ressenti. Disons que la présence des dirigeants et dignes représentants d’Engins Passion était attendue mais aussi et surtout celle d’Éric MOUTOT dont les dates de présence nous étaient demandées dès le Jour de l’ouverture.
    Certains ééaient venus voir la 400 CK d’Éric, mais ne s’attendaient pas à se trouver face à une 610 CK qui ne dépareillait pas dans le décor du stand, même s’il ne s’agissait que de la maquette « Bureau d’études », propriété de la Fondation.
    Si, comme beaucoup, vous avez pu être, ne serait-ce qu’un instant, abusé par le réalisme de cette maquette, croyez bien que nous en sommes ravis.
    C’est vrai qu’il y en a eu des visiteurs, des nostalgiques de la marque, ceux qui déclarent avoir commencé â être formés sur une TY 45, ceux qui n’en reviennent pas que Poclain ait redémarré la production de pelles hydrauliques, ceux qui, comme ce visiteur indien, venu tout droit de New Delhi, veut nous commander 6 x 90 CK comme celle en exposition.
    Pendant ce temps on se bouscule pour l’expo photos et Dominique ne se lasse pas d’expliquer ce que fut la grande aventure de Poclain.
    À INTERMAT il y avait également les habitués et, ceux que l’on appelle «  incontournables  » comme Jacky qui, on s’en souvient, avait brillamment animé le stand il y a trois ans avec sa micro machine et que l’on espère revoir prochainement avec des nouveautés.
    Sur INTERMAT, cette année, il y avait avant tout une équipe, une équipe qui en voulait et qui l’a prouvé.

    Haut de page.

  8. INTER POCLAIN EN CD-ROM
    Deux CD-Rom, format Jpeg, reprennent les 97 numéros d' Inter Poclain :
    CD 1 : Reprend les 51 premiers numéros, plus deux numéros spéciaux.
    CD 2 : Reprend les 46 derniers numéros + Poclain n° 1 + 27 suppléments Volvo
    Pour les obtenir, rendez-vous sur le site de la fondation des Anciens de Poclain , rubrique « Boutique ».

  9. DVD DU FILM DU 80e ANNIVERSAIRE
    DVD du 80<SUP>e</SUP> anniversaire Le DVD du du film du 80ème anniversaire de la création des Ateliers Bataille et Léger, qui vous a été présenté à l'assemblée générale, d'octobre 2007 est disponible.
    Pour l'obtenir, rendez-vous sur le site de la fondation des Anciens de Poclain , rubrique « Boutique ».
    Haut de page.

  10. MODÈLES RÉDUITS
    Vous pouvez acquérir les modèles réduits de la TY 45, TY 45 à flèche treillis, TY 45 Armée, TC 45, TP 30 rouge, TP 30 armée (série limitée à 300, boîte numérotée) en vous rendant sur le site de la fondation des Anciens de Poclain , rubrique « Boutique ».

    Sont également disponibles des te-shirts et casquettes au logo de Génération Deux et au logo de Poclain.
    Haut de page.

  1. LES ADMINISTRATEURS
  2. l'Assemblée Générale, dans sa délibération du 30 septembre 2017, a élu les administrateurs suivants :
    M. Gérard LE MANCHEC
    M. Daniel BACONET
    M. Albert DELAIVE
    M. Jacques AUBÉ
    Mme Élise BOURBOIN.
    M. Roger FAUCHEUX
    Haut de page.

  3. LE BUREAU
  4. Dans sa séance du 6 octobre 2016, le conseil d'administration a reconduit son bureau :
    Président : Gérard BLIN
    Vice-Présidents : Daniel BACONET et Philippe FRITZ
    Secrétaire : Jacques AUBÉ
    Secrétaire adjointe : Élise BOURBOIN
    Trésorier : Jean-Claude GRÉGOIRE
    Trésorier adjoint : Gérard LE MANCHEC

    Haut de page.

  5. COTISATIONS
  6. L'Assemblée Générale du 30 septembre 2017 a accepté de maintenir la cotisation pour 2018 à :
    40 Euros pour les membres adhérents.
    50 Euros minimum pour les membres bienfaiteurs.

    Haut de page.

  7. LES STATUTS
  8. Vous pouvez obtenir une copie des statuts de l'association en effectuant la demande auprès du secrétaire ou en copiant le fichier Statuts modifiés (format pdf).
    Haut de page.

      Haut de page