SOMMAIRE

Hommage à Pierre Bataille.
Le 80ème anniversaire.


HOMMAGE À PIERRE BATAILLE


Entretien avec Pierre Bataille Le 1er novembre 2009, disparaissait, à l'âge de 83 ans, Pierre BATAILLE, qui succèda à son père Georges à la tête de l'entreprise POCLAIN (télécharger ici, la vie de Pierre BATAILLE par Jérôme BATAILLE).
La cérémonie religieuse fut célébrée en l'église Saint Jean-Baptiste du Plessis-Belleville le mercredi 4 novembre 2009.
L'église était beaucoup trop petite pour accueillir la foule venue lui rendre un dernier hommage au point que des dispositions particulières avait été prises par la famille .
Entretien avec Pierre BATAILLE lors de la commémoration des accords Bataille et Léger organisée en 2007.




Président de l'association Avec émotion, le président de Génération Deux a adressé ce court message au disparu et à sa famille :

Monsieur Pierre,


Ce n'est pas seulement une page d'histoire du Plessis Belleville qui se tourne aujourd'hui mais plutôt une pierre angulaire d'un édifice qui vient de tomber, comme cela d'ailleurs avait déjà été le cas en 1975, avec la disparition de votre Père : Monsieur Georges.
Sachez que nous, «  les anciens de la grande maison » avons été très fiers d’organiser la commémoration des premiers accords Bataille & Léger en 2007, événements au cours desquels vous ont été rendus les honneurs qui vous étaient dus. Nous avions en cette occasion lancé l’idée d’un musée Poclain au Plessis-Belleville, idée qui aujourd’hui s’impose plus que jamais, puisqu'à l’époque nous avions votre soutien. Nous ne doutons pas d'y parvenir avec l'aide de la municipalité, des instances régionales et les membres de votre famille. Nous aurons alors rempli la mission que nous nous sommes assignée tout comme vous avez toujours su mettre un point d'honneur à remplir la votre. Aujourd'hui, Génération Deux perd le plus symbolique des membres de son association, mais ne perd pas la foi en ce qu'elle a choisi d'être ou de représenter.
À vous Madame Bataille, ainsi qu'à votre si grande et belle famille nous adressons nos plus sincères condoléances.

Au revoir Monsieur Pierre.





Maire du Plessis-Belleville Monsieur Dominique SMAGUINE, maire du Plessis-Belleville, a quant à lui, adressé le message suivant au disparu et à sa famille :

Monsieur Pierre,


C'est par ces mots que nous avions pris l'habitude de vous appeler...
Monsieur Pierre, formule toute simple qui alliait à la fois le respect de Monsieur et la proximité de Pierre... Comme avant, nous appelions Monsieur Georges...
Comment pourrais-je, aujourd'hui, vous dire les sentiments qui se bousculent au fond de moi et exprimer, simplement le bout de chemin partagé ?
Si je devais m'exprimer en qualité de Maire, je dirais volontiers combien notre collectivité vous est redevable d'avoir poursuivi jusqu'à la limite du possible l'œuvre de votre père et avoir fait connaître au monde entier notre si petit village...
Je pourrais dire aussi que, toutes ces années, nos familles s'épanouissaient autour d’un centre d'intérêt commun dont le souvenir ne s’est jamais effacé... Une famille, voilà ce que Georges, votre père, puis vous et toute votre famille avez réussi à créer, loin des liens de sang mais solidement ancrée sur des liens de partage, de dévouement, des soucis de l'autre, qui faisaient de tous les acteurs d'une même aventure industrielle un peu comme s'ils avaient été les marins d’un Christophe Colomb partis chercher SON Inde...

Mais c'est le petit Dominique qui veut s'adresser à vous aujourd’hui...
Monsieur Pierre, aussi loin que remontent mes souvenirs, je ne vous ai pas beaucoup connu... Et pourtant que ce soient les jeux et autres activités partagés avec vos enfants tantôt pataugeant dans le petit bassin d'ici, tantôt plongeant dans la piscine de là, mais jamais, oui jamais aucune différence de statut social ne venait assombrir nos jeux, nos rigolades, nos bêtises...
Parfois douloureux aussi quand le petit Dominique entend la sirène des pompiers intervenant près de chez lui... Quand j'apprends l'accident fatal de Marie-Pierre... À chaque fois mon cœur saigne car je suis, sans doute inconsciemment, définitivement attaché à tout ce qui pouvait vous toucher...
Les souvenirs racontés par mes parents...
J'ai vécu des instants inoubliables, faits de Partage, de Fraternité et d’Égalité...
Pour le petit Dominique que j'étais, la vie semblait tellement simple et les clivages n'existaient pas… Oui, grâce à vous et votre famille, nous étions tellement proches malgré nos différences… On jouait les uns chez les autres et tout était facile…

Mon père, mes frères, travaillèrent chez Poclain alors que moi je choisissais une autre voie…
Et pourtant, bien après, nous nous sommes véritablement rencontrés, presque par hasard, alors que je me présentais aux élections municipales… Un bref moment d'échange qui reste gravé dans ma mémoire… Cet instant, pourtant si futile auraient dit certains, fut et reste important pour moi… Nous n'étions pas forcément d'accord mais nous parlions… Petit à petit, nous avons appris à nous connaître un peu plus et à nous apprécier, du moins je le crois…
Notre premier grand rendez-vous, si j'ose dire, fut la célébration du 6 mai 2006, fruit de souvenirs enfouis que vous avez réveillés et qui rendait hommage à ces soldats venus de je ne sais où dont le sacrifice avait fait la fierté de la France…

Puis, ce fut la célébration des 80 ans des ateliers Bataille et Léger en 2007… Moment d'émotion et de souvenirs que tous les anciens avaient envie de partager et le firent sans réserve… J'aurais aimé que vous puissiez assister à l'installation prochaine d'une TU restaurée devant le centre EGB mais je ne doute pas que là où vous reposez maintenant, vous aurez un œil sur nous…
Mais le, toujours, petit Dominique, a du mal à exprimer ses sentiments…
Monsieur Pierre, vous avez transformé ma vie…
Brèves rencontres, échanges qui ne veulent pas dire leur nom, un salut, un sourire, un mot…
Merci MONSIEUR !
Merci pour avoir partagé avec moi quelques instants inoubliables…
Merci pour avoir été si proche et si loin à la fois…
Merci pour m'avoir soutenu dans ma mission au service des autres alors que nos opinions semblaient si éloignées…

À vous, Jean-Luc, Christine, Jérôme, Laurent, Véronique, Guillaume, mais aussi Marie-Pierre, Jean-Marie et Martine, trop vite disparus…
À vous ses petits-enfants et arrières petits-enfants…
Vous pouvez être fiers, oui Très Fiers d'appartenir à cette famille… Il vous appartient maintenant de reprendre le flambeau et je sais que vous n'aurez aucun mal à le porter tant il a su l'alléger et lui donner la force du cœur, celle qui ne se soumet jamais…
Enfin, Madame, permettez au petit Dominique de vous remercier pour tout ce que vous et votre mari avez fait pour ma famille quand rien, si ce n'est votre cœur, ne vous le demandait…

Aujourd’hui, Monsieur Pierre, vous avez rassemblé autour de vous celles et ceux qui ont pu se libérer et voulu vous témoigner leur affection… Je sais qu'ils sont innombrables ceux qui n'ont pas pu être présent…
Vous reposez maintenant en paix près des vôtres et de vos amis et, comme j’en plaisantais dernièrement avec vos proches, jetez maintenant un œil sans doute amusé sur toute cette agitation…
Votre père, votre grand-père traçaient des sillons dans nos plaines…
Votre père et vous avez sorti de ces sillons une aventure industrielle sans précédent…
Pourtant, alors que vos créations nous élevaient, vous aviez toujours le souci de la graine bien semée et qui porterait des fruits… Quelle récolte !!!
La tête dans les nuages de l'innovation mais les pieds bien ancrés dans la glaise de nos campagnes, telle aurait pu se résumer votre aventure… Et comme Vous avez réussi à y faire adhérer celles et ceux qui voulaient monter sur le bateau ! Jamais le mal de mer mais toujours l'envie de progresser…
Vous avez bien mérité de prendre du repos maintenant et nous essaierons, sans doute avec un peu le sentiment d'être orphelins, de poursuivre ce tracé de sillon qui, sorti de terre, trace maintenant sa route dans les cœurs...

Merci Monsieur Pierre.







LE 80ème ANNIVERSAIRE


Sigle du 80<SUP>ème</SUP> anniversaire
Le 1er mai 1927, Georges BATAILLE et Antoine LÉGER s'associaient pour créer les « Ateliers BATAILLE & LÉGER ». Cette société changera de forme pour devenir, le 12 décembre 1930, une entreprise familiale sous le nom des Ateliers Poclain, avant d'évoluer en Société POCLAIN.

Avec l'appui de la municipalité du PLESSIS BELLEVILLE, du Conseil Général de l'Oise et de nombreux sympathisants, GÉNÉRATION DEUX commémora, les 28, 29, 30 avril et 1er mai 2007, le <80ème anniversaire de la création des « ATELIERS BATAILLE & LÉGER ».


Oise matin du 17/01/07 Le Parisien du 18/01/07

L'ÉVÈNEMENT
Cette manifestation se déroula au PLESSIS BELLEVILLE (Oise) sur les lieux qui ont vu naître et se développer la Société POCLAIN.
Outre l'exposition de machines agricoles et de Travaux Publics d'époque et le musée temporaire, présentant des maquettes à diverses échelles, il y eut de nombreuses animations ainsi que des projections de films et d'images retraçant l'histoire de POCLAIN.


POCLAIN : HISTOIRE D'UNE ÉPOPÉE INDUSTRIELLE

Dossier pdf
Première partie
Dossier pdf
Seconde partie
Dossier pdf
Troisième partie
Dossier pdf
Quatrième partie


LE CATALOGUE DE L'EXPOSITION

Dossier pdf
Première partie
Dossier pdf
Seconde partie
Dossier pdf
Troisième partie
Dossier pdf
Quatrième partie


LE FILM DE L'ÉVÈNEMENT

DVD du 80<SUP>e</SUP> anniversaireLe DVD du film qui retrace les évènements principaux de ces quatres journées : La cérémonie d'ouverture, les animations, l'ambiance au travers de séquences prises sur le vif et les interviews de ceux qui ont participé à cette fête de la pelle hydraulique POCLAIN.

Pour obtenir ce DVD, nous contacter à notre bureau :

GÉNÉRATION DEUX
Espace Georges Bataille
5 avenue Georges Bataille
60330 LE PLESSIS BELLEVILLE
ou, adresser un courriel à : Génération deux

  Haut de page    Retour au menu